vendredi 19 mars 2010

Vie de Sainte Irène Chrysovalente.

VIE DE SAINTE IRENE CHRYSOVALANTE,
Brillante Etoile de Sainteté, qui, de son Lumineux Amour, Irradie au Ciel de l’Eglise Orthodoxe d’Orient.

Nous lisons dans la vie de Sainte Irène Chrysovalante que, dans sa gratitude envers les archanges, elle les priait en ces termes, qui figurent cette prière :
« Sainte Trinité, Toute Puissante, Glorieuse Vierge Marie Mère de Dieu, Archange Michel, vous tous, Saints Bienheureux, & vous, corps célestes des Puissances Immatérielles, aidez-moi, qui suis votre servante, & protégez-moi des tentations démoniaques dépêchées par le Malin. »
Or pareille prière, que répétait Sainte Irène, peut bien à son tour être dite par tout Chrétien d’aujourd’hui, implorant l’aide de la Sainte Trinité, de tous les Saints, & des Archanges, à laquelle se peut ajouter le nom de notre protectrice Sainte Irène Chrysovalante ; - ce qui donne le tropaire suivant :
« Sainte Trinité, Toute Puissante, Glorieuse Vierge Marie Mère de Dieu, Archange Michel, vous tous, Saints Bienheureux, Révérende Mère Sainte Irène Chrysovalante, & vous, corps célestes des Puissances Immatérielles, aidez-moi, & protégez-moi des tentations démoniaques dépêchées par le Malin. »
Courte & aisée, cette prière, tout priant peut la dire, & en tout temps, en travaillant, en marchant, ou bien s’agissant, dans quelque situation difficile qu’il pût se trouver, de demander de l’aide, & de solliciter les miraculeux pouvoirs que confère à Sainte Irène Chrysovalante la Grâce Divine, qu’elle a tout au long de sa vie accumulée, captée, & toujours davantage reçue.

Cette vie est dédiée, avec grand respect & amour, à l’Archevêque Gabriel des Cyclades & des Iles, rénovateur du saint monastère, lequel dessina toutes les somptueuses mosaïques illustrant, dans la plus pure tradition du style byzantin, les scènes de la vie de Sainte Irène Chrysovalante, qui ornent la grande basilique du monastère, faisant de celle-ci un joyau d’art byzantin. Nous souhaitons ici honorer les souffrances de l’Archevêque, que lui coûta l’édification de ce monastère, pour le faire parvenir au remarquable degré de beauté auquel il se tient aujourd’hui.

Liminaire
Mon cœur avait un désir ardent de faire connaître la vie de Sainte Irène Chrysovalante & ses miracles à tous les Chrétiens Orthodoxes qui ne vivent pas en Grèce, ou ne connaissent pas la langue grecque. Ce désir a été exaucé.
Cet effort de traduction maintient le cierge de la Mission Apostolique, ayant pour but de diffuser l’Orthodoxie dans le monde, allumé devant ma grande protectrice, Sainte Irène Chrysovalente.
L’humble servante de la Grâce d’Irène, Païssia Chrysovalantianie, Moniale, du saint Monastère de Sainte Irène Chrysovalandou, fondé en 1930 à la Fontaine aux loups ( Lykovryssi ) en Attique, non loin d’Athènes.

***

Vie de Sainte Irène Chrysovalante.

Toutes choses que je narrerai en ce livre prennent place à Constantinople durant le IX°siècle, période durant laquelle resplendit en Orient l’Empire byzantin. De là qu’il sera référé par la suite aux noms des empereurs & des nobles personnages de la cour en leur temps & lieu, selon que leurs vies sont en quelque façon liées à la vie & à la geste de Sainte Irène du monastère de Chrysovalandou.
Lorsque mourut l’empereur Théophile, lequel était connu pour être cupide & totalement irrespectueux de Dieu & de Son Eglise, son épouse Théodora lui succéda sur le trône de l’Empire, à Constantinople, leur fils Michel n’ayant point encore l’âge requis pour régner.
Théodora était profondément croyante, & cette Foi solide en Dieu l’avait amenée à se trouver profondément engagée & impliquée dans les questions religieuses de l’Empire. Théodora, qui devint Sainte, fut celle qui réussit à sauver l’église des iconoclastes, dont le mouvement impie soutenaient que les icônes devaient être retirées des églises & de la vénération des fidèles. Ce fut elle qui organisa le Septième Saint Concile Œcuménique, par lequel fut restaurée la vénération des icônes, aussi bien que l’Esprit de l’Orthodoxie.
Lorsque son fils Michel eut douze ans, Théodora voulut le marier. De là qu’elle envoya par tout le pays ses ambassadeurs, qu’elle chargea de trouver une belle & vertueuse jeune fille, de noble famille, & susceptible de devenir l’épouse d’un roi. Or, à cette époque, - nous étions, nous l’avons vu, au IX°siècle, - dans une ville de Cappadoce, vivait bien pareille jeune fille. Elle avait nom Irène. Irène était belle, vertueuse, & née de nobles parents. Les ambassadeurs de l’impératrice la choisirent pour fiancée du jeune empereur pour ce qu’elle était modeste, gentille, & bonne ; ils résolurent donc de l’emmener sans attendre à Constantinople, où vivait le roi.
Sur le chemin du retour, le peuple, qui la voyait passer, avec sa riche escorte, était fort impressionné de la présence qui se dégageait d’elle ; & tous l’admiraient, sachant qu’elle allait devenir leur impératrice. Sa sœur, qui allait plus tard être mariée à Varda, frère de Théodora, & oncle de l’empereur , accompagnait également Irène.
Lors qu’ils étaient toujours en route pour Constantinople, & tandis qu’ils passaient près du mont Olympe en Asie Mineure, Irène demanda aux gens de son escorte de s’arrêter, pour ce qu’elle souhaitait visiter Ioannikios le Grand, lequel était ermite, vivant sur cette montagne : elle voulait lui demander sa bénédiction. De fait, Irène avait entendu dire grand bien de lui. Il était considéré comme une sainte personne, mais n’acceptait de voir que les seules gens qui avaient en Dieu une Foi sincère. Pour le reste du monde, il était invisible. Irène fut entendue, & les gens de son escorte consentirent à son souhait.
L’ermite Ioannikios les vit venir de loin, tandis qu’ils escaladaient la montagne ; &, parce qu’ il avait le don de prévoir l’avenir, il sut à l’avance ce que serait l’avancement spirituel d’Irène. Aussi, à peine s’étaient-ils approchés de lui, que l’ermite la salua en ces termes : «  Bienvenue, Irène, servante de Dieu, » lui dit-il ; « Va à Constantinople & rejoins-y le monastère de Chrysovalandou, car l’on y a besoin de toi pour guider les jeunes filles qui vivent dans ses murs. »  
  Irène fut fort étonnée de tout ce qu’elle entendait . Elle se laissa tomber à genoux, pour demander la bénédiction du Saint. Ioannikios la releva, & lui donna, outre sa bénédiction, des conseils spirituels propres à la guider. Après quoi Irène reprit sa route, en proie à une joie quasi surnaturelle.
Lorsqu’ Irène arriva à la cité impériale, ses parents qui y vivaient & y occupaient hauts rangs & positions prestigieuses, entre lesquels des sénateurs, vinrent l’accueillir en grande pompe. S’y joignaient des amis, tous, autant qu’ils étaient, riches & honorables gens. Cependant, le Roi des rois, qui créa toute chose, fit surgir le tout à partir du néant & règne sur l’univers entier, avait disposé que l’empereur Michel épousât une autre jeune fille, quelques jours seulement avant leur arrivée, en sorte que Lui, l’Immortel, l’Invisible, l’Unique, le Dieu de Christique Sagesse, pût user d’Irène pour Son dessein exprès. Irène, loin de ressentir une quelconque tristesse, Lui en fut reconnaissante, parce qu’elle avait la ferme conviction que c’était bien Dieu Lui-même qui était intervenu en tout cela, & qui avait fait prendre cette décision à l’empereur, en sorte qu’elle pût être libérée de ce joug d’un mari & libre de servir son Dieu.
Par la suite, bien des riches & nobles gens de Constantinople, attirés par la beauté & la grâce de la jeune fille, lui avaient proposé le mariage. Mais elle l’avait refusé à tous, pour ce qu’ ignorant tout ce qui était éphémère & mondain. son seul désir était la contemplation du Seigneur Céleste. Gardant à l’esprit ce que l’ermite Ioannikios lui avait dit, elle envoya ses gens à la recherche de ce Monastère de Chrysovalandou dont il lui avait parlé, pour s’enquérir où il pouvait bien être ; celui-ci se révéla être construit sur la montagnette dite de Chrysovalantios, dont il tirait son nom. Ses hommes lui rapportèrent encore que le monastère se trouvait sis en un bel emplacement paisible, parfaitement propre à l’hésychia qui conviendrait à une moniale oeuvrant en silence à la Prière du Cœur, laquelle consiste à répéter incessamment en son cœur : «  Seigneur Jésus Christ , aie pitié de moi . »
Lorsqu’ Irène eut entendu ces dires, elle libéra ses servantes, & donna aux pauvres tout ce qu’elle possédait ; non seulement ses riches habits & les bijoux qu’elle avait reçus de ses parents, mais aussi les présents inestimables que la mère du roi lui avait offerts. En cette manière, elle abandonnait toute possession mondaine & toute vanité. Après quoi, elle s’en fut pour le monastère.
Là, conformément à la règle & selon les canons, l’on lui coupa, magnifique, sa longue chevelure blonde ; lors, elle prit le voile.
De ce temps, elle se montra respectueuse & soumise envers toutes ses sœurs, témoignant d’une extrême modestie & d’une grande humilité, quelque travail qu’on la priât de faire. Elle s’acquittait de toutes ses tâches & de ses diaconies avec beaucoup de joie, en toute diligence & sans donner signe de fatigue. Elle ne récriminait jamais, semblant ne pas même penser que naguère encore elle était membre d’une aristocratique famille. Son visage demeurait joyeux, & son âme pure était incroyablement chaleureuse, exprimant la grande chaleur qui irradiait de son cœur priant.
L’higoumène, sage & vertueuse, que bénissait la Grâce de Dieu, exhortait Irène à vivre selon ces paroles de notre Seigneur : «  Sans moi vous ne pouvez rien faire «  , & «  qui vit en moi & moi en lui portera beaucoup de fruit. » Aussi, à son tour, la jeune novice Irène fut-elle pleine de fruit, & devint-elle productive comme une terre prospère, plaisant à Dieu & à toutes les sœurs, qui l’admiraient pour sa modeste humilité & pour sa soumission à elles toutes. Irène n’était jamais pour aucune cause de tentation ni d’affliction. C’était une travailleuse infatigable, tant physiquement que spirituellement. Elle ne manquait jamais les offices, & lisait constamment les vies des saints, où sont contées leurs vertus, en sorte d’apprendre en ces livres à suivre leur exemple ; & elle pressait ses sœurs de vivre à cette imitation, & de marcher dans les pas des saints.
Un jour qu’elle lisait la vie d’Arsène le Grand, elle y vit qu’il passait son temps en prière, & qu’il priait sans discontinuer de l’après-midi jusqu’au matin suivant. Eprouvant combien c’était là une vertu toute admirable, elle voulut l’imiter. Elle entreprit donc, avant de commencer cette lutte exténuante, d’en demander la permission & la bénédiction à l’Higoumène . La révérende mère ne voulut pas d’abord consentir, songeant que c’était là une ascèse épuisante ; mais, par la suite voyant sa bonne volonté, doublée d’une humilité à toute épreuve, elle finit par lui accorder de s’ atteler à ce combat spirituel, pour le moins titanesque.
Il n’y avait pas un an qu’Irène était entrée au Monastère, que déjà elle commençait de soutenir cette lutte surhumaine rivalisant avec celles qu’avaient menées les plus grands Saints. Bénie de la Divine Grâce, elle réussit à tenir debout en prière toute la nuit, les bras levés au Ciel,comme avait fait Moïse sur le Mont Sinaï. A compter de ce jour, elle le refit de nombreuses fois, du matin au coucher du soleil, & parfois, elle se tenait tout le jour, & la nuit aussi, sans un mouvement, immobile durant ses prières. De ce haut fait, la révérende mère Higoumène elle-même s’émerveillait.
Trois années avaient passé depuis qu’Irène s’était vouée à cette ascèse, & le démon pensa qu’il était temps de la prendre au piège des péchés de l’âme. Mais il n’y parvint pas, parce qu’Irène était spirituellement solide, qu’elle avait surmonté les passions, & qu’elle avait soumis sa chair à son intellect, à un degré tel qu’elle n’aimait ni la gloire, ni l’argent, ni les riches vêtements, ni même la nourriture. Elle ne possédait qu’un seul habit qu’elle portait tout au long de l’année, sans l’ôter, fût-ce pour le laver ; & quand Pâque arrivait, elle l’enlevait, en mettait un nouveau, & donnait l’autre aux pauvres. Elle ne se changeait donc qu’une fois l’an. Pour sa nourriture, elle n’en prenait qu’une fois par jour : du pain & de l’eau, à quoi elle ajoutait quelques légumes . Elle méprisait la gloire, au point que, sans plus songer à sa noble éducation, elle s’acquittait sans broncher des corvées, fût-ce celle de nettoyer les toilettes. Le Diable étant incapable de l’inciter au péché, il essaya dès lors d’instiller en elle le désir nostalgique des plaisirs qu’elle avait connus dans sa vie passée . Mais Irène se contenta de s’en confesser à la révérende mère Higoumène, en sorte qu’elle fût en mesure de continuer sa lutte.
Une nuit, tandis qu’elle priait, le démon lui apparut comme une hideuse figure noirâtre qui l’injuriait, lui disant : «  Ah ! Tu me combats, pauvre femme, malheureuse ensorceleuse ? Attends un peu & tu vas comprendre mon immense pouvoir. » Sainte Irène se signa du signe de la croix, & le démon disparut. Le lendemain, le démon essaya encore de la tenter, en suggérant à son esprit des pensées impures, choses qui l’embarrassèrent grandement. Dont elle se jeta à terre, pleurant, priant, & implorant l’aide de la Tout Puissante Mère de Dieu Théotokos, des Archanges Michel & Gabriel & de tous les Saints, disant : «  O Sainte Trinité, Toute Puissante & Eternelle, avec l’intercession de la Mère de Dieu, les synaxes angéliques des Archanges Michel & Gabriel, toutes les Puissances célestes & tous les Saints, aidez votre servante & sauvez-moi de l’assaut du démon. » Dès lors elle pria nuit & jour , jusqu’à ce qu’une divine nuée vînt d’en haut ombrager son âme pour en chasser les pensées impures.
Elle fut libre, dès lors, de continuer sa lutte ; & poursuivant son combat, elle s’y montrait plus solide qu’auparavant. Dieu, qui voyait son grand désir de Lui, la récompensa de maints talents, en sorte qu’elle devînt un vase choisi, réceptacle du Saint Esprit, qui en son âme possédait le Christ. Elle vivait non plus en sa chair, mais, par Dieu, En Esprit, & c’était Dieu qui vivait en elle. De là qu’elle conduisit bien des âmes à la lumière de Vérité. Irène fut bientôt bien connue de tous & aimée de chacun, des femmes surtout, qui venaient à elle lui demander ses conseils & recevoir sa guidance spirituelle. Irène les enseignait avec sagesse & douceur, & nombre d’entre elles se firent moniales pour vivre à son imitation. Les démons, quant à eux, n’osaient plus l’approcher, mais disparaissaient à sa vue, mystérieusement repoussés comme si un feu les eût consumés.
Ce fut vers cette époque que la révérende mère Higoumène tomba malade. Toutes les moniales s’assemblèrent autour d’elle dans sa cellule & pleuraient , sentant qu’elle approchait du terme de sa vie ; Vertueuses & bonnes comme elles l’étaient, elles s’attristaient à l’idée de la perdre. Elles s’affligeaient inconsolablement, & Irène plus qu’elles toutes. «  Ne soyez pas tristes pour moi, « leur dit paisiblement la moribonde, « car vous avez une révérende mère plus capable que je ne le suis. Je veux parler d’Irène, enfant de lumière, agneau de Jésus Christ, vase d’élection & réceptacle du Saint Esprit. »
Elle dit ces mots comme pour exprimer son dernier souhait sur terre ; puis : «  Gloire à la Grâce de Dieu » soupira-t-elle, & elle remit son âme entre les mains des Anges Saints, qui se tenaient à ses côtés.
Sainte Irène n’était pas en sa présence lorsque la révérende mère avait conseillé aux moniales de la choisir pour leur supérieure. Connaissant sa nature toute d’humilité, les moniales ne lui rapportèrent pas non plus ce qui avait été dit. Après qu’elles eurent enseveli leur révérende mère, elles s’assemblèrent à l’église pour y faire leurs prières à Dieu, & lui demandèrent de leur révéler quelle était celle qu’Il leur souhaitait pour révérende mère Higoumène.
Après les funérailles de l’Abbesse, les moniales s’en furent visiter le Patriarche, lequel, en ce temps-là, était Méthode le Confesseur. Considéré comme un Saint homme, Saint Méthode le Confesseur avait été torturé sans merci par les anciens iconoclastes, au point que son corps en portait les stigmates de la Passion de notre Christ. Saint Méthode avait déjà accompli de nombreux miracles, & il avait reçu du Ciel le don de proorasis, qui permet de voir à l’avance les événements à venir. Saint Irène, qui n’avait pas voulu les accompagner d’abord, se laissa pourtant à la fin persuader. Après avoir témoigné leurs respects au Patriarche, elles lui demandèrent à laquelle d’entre elles, selon lui, il convenait de devenir Higoumène. Il leur demanda alors si elles songeaient à quelqu’une d’entre elles pour occuper une telle position ; mais elles nièrent qu’elles en eussent aucune à l’esprit ; parce que, bien qu’elle désirassent toutes Irène pour leur Abbesse, elles ne voulaient néanmoins pas influencer la décision du Patriarche.
A quoi Saint Méthode répondit : «  Je sais que vous avez déjà choisi Irène. Je crois que c’est là une sage décision, & conforme à la volonté de Dieu, qui m’a révélé les vertueuses actions de sa servante . » Les moniales s’étonnèrent de ces paroles & furent véritablement convaincues que c’était la volonté de Dieu qu’Irène devînt leur Higoumène.
Elles s’inclinèrent devant Méthode, disant qu’elles savaient désormais que Dieu vivait dans son âme de Patriarche, le bénissait & lui révélait bien des secrets. Méthode se leva de son trône épiscopal, prit l’encensoir dans ses mains, & chantant & psalmodiant à cette occasion des louanges à Dieu, il bénit Irène. Lors, averti par le Saint Esprit qu’elle était pure & sans reproche, il lui conféra tout ensemble les dignités de Diaconesse de la Grande Eglise & celui de révérende mère Higoumène. Il lui donna ensuite des instructions pour une pastorale salutaire, & prit congé d’elle & du reste des moniales, les laissant vivre en paix.
Tout le monde était heureux de cette résolution, à l’exception d’Irène, qui pensait être indigne d’un tel honneur. Les moniales, admirant son humilité, tentaient de l’apaiser : «  Ne t’afflige pas » disaient-elles. « La Mère de Dieu est notre protection. N’aie crainte : nous ne te désobéirons jamais. Nous tâcherons de t’aider autant que nous le pourrons, avec le secours de notre Seigneur. »
Elles l’accompagnèrent à la cellule de la révérende mère, & l’y laissèrent. Irène ferma la porte & se laissa tomber sur le sol, plorant : « Seigneur Jésus Christ, Toi, le Bon Berger, la porte de tes brebis, notre Tête & Maître, je T’en prie, aide ta servante & secours ce troupeau de brebis, l’aidant à se tenir loin du loup spirituel qui rôde autour de nous, cherchant qui dévorer. Tu connais notre faiblesse ; Tu sais que nous n’avons le pouvoir de faire aucun bien sans le secours de Ta Grâce. » Longtemps, elle pria de la sorte, puis, comme se parlant à elle-même : «  Il m’étonnerait fort, ma pauvre Irène, que tu puisses venir à bout de porter le fardeau que Jésus ton Christ a placé sur tes épaules. L’on t’a confié des âmes pour lesquelles Jésus Christ est venu s’incarner en manière de les sauver en versant son sang immaculé. Pense à cela au jour du jugement où chacun devra rendre compte de ses actes. Que diras-tu pour toutes ces âmes ? Que diras-tu si l’une d’elles, de par ta négligence, a été sujette à la tentation ? Dorénavant, donc, veille, jeûne, prie, & sois vigilante, en manière de n’être cause, pour nulle âme, qu’elle fût tentée, et que ne pût s’accomplir la parole du Christ qui dit : «  Lorsqu’un aveugle en mène un autre, tous deux tombent à l’abîme. »
Aussi la Sainte continua-t-elle à jeûner & à prier, & davantage même qu’auparavant. Elle s’agenouillait, se prosternait, & priait constamment, toute la nuit durant, sans songer à prendre du repos, pour ce qu’elle souhaitait que Dieu l’aidât à conduire son troupeau de manière divine, & que Dieu répondît à ses prières. De là qu’elle conduisait ses moniales de manière toute admirable, & avec une telle sagesse que celles-ci disaient qu’Irène était pour ce faire plus douée que les plus grands maîtres, que les meilleurs précepteurs, & que les plus fameux orateurs.
D’entre ses préceptes & ses enseignements spirituels, l’on retient ceux-ci : «  Mes sœurs En Christ, vous qui vous êtes purement consacrées à Dieu, je sais bien que je suis indigne d’être votre maîtresse de vertu. Mais parce que la compassion de Dieu demeure inexplicable, c’est moi qu’Il a choisie pour l’être & pour vous enseigner. Aussi vous presserai-je d’ écouter mes paroles. Si nous ne gardons pas les préceptes & les vœux dont nous avons fait promesse à Dieu & à ses Anges en entrant au monastère, alors nous ne menons rien à bien. Comme nous l’avons entendu dire déjà, en Jacques (2.17), la foi sans les œuvres est morte. Il semble que la foi est bien morte en effet, si elle n’est pas suivie des œuvres bonnes. En retour de ce que nous souffrons ici sur la terre, notre Seigneur nous a promis le Royaume des Cieux, la vie & la joie pour l’éternité. Parce que nous croyions en Dieu, nous avons renoncé aux plaisirs de la terre, pour pouvoir hériter la vérité & l’éternité. Si nous désobéissons aux instructions du Seigneur, nous sommes sans espoir, parce que nous n’aurons pas seulement manqué les plaisirs de ce monde, mais la vie éternelle aussi bien, comme les vierges folles qui vinrent à la rencontre du Seigneur sans s’y être préparées. Parce que l’âme ne peut pas être scindée en deux, nous ne pouvons avoir tout ensemble le luxe & la gêne, l’orgueil & l’humilité. Nous ne pouvons non plus obtenir les vertus, si nous ne nous débarrassons pas des vices, leurs opposés. Efforçons-nous donc d’éliminer tout désir terrestre de nos âmes & d’être pures. Les vertus de l’âme sont beaucoup plus désirables que celles de la chair. Nous ne pouvons tirer profit du jeûne, des veilles, ou des privations corporelles, si les vertus de l’Esprit nous font défaut. Des qualités telles que l’humanité, la prudence, l’amour, la compassion, la charité pour les pauvres donnent grand plaisir à Dieu. »
Telles étaient les instructions, réfléchies & pleines de sens, qu’Irène transmettait à ses enfants spirituels, qui, en retour, écoutaient ses paroles &, pleines de bonne volonté, les mettaient en pratique. Ses admonitions produisaient dans leurs cœurs beaucoup de fruits, ce dont elle était reconnaissante à Dieu ; & elle L’en glorifiait autant qu’elle L’aimait, ce qui est dire de tout son cœur & de toute sa force. Sa Foi en Dieu était pure ; &, dans son grand amour pour ses moniales, elle demanda à Dieu qu’Il la gratifiât d’un grand don surnaturel, le charisme de prévoir l’avenir. Elle voulait être capable de connaître à l’avance toute offense qu’eût pu commettre chacune des moniale. Loin que ce fût pour être admirée de posséder une telle faculté, elle la requérait du fait de son amour & de son souci, comme de la préoccupation qu’elle avait d’elles, en sorte de se trouver mieux à même de les corriger, & de les aider à ne pas tomber en tentation. De fait, voyant quelles étaient ses bonnes intentions, le Seigneur lui accorda pareil don, &, pour mieux l’assister, Il lui dépêcha de surcroît un Ange, qui lui apparut rayonnant d’une éblouissante Lumière. Sans nullement s’en effrayer pourtant, Irène en fut toute réjouie. L’Ange la salua, disant : «  Salut, servante utile & à jamais emplie de Foi En Dieu. Le Seigneur m’a envoyé te prêter assistance, conformément à ta requête, formulée pour le salut des âmes destinées à être sauvées par toi. Il m’a donc été recommandé de me tenir toujours à tes côtés, pour te révéler explicitement leurs pensées secrètes. »
Après cette annonce, il disparut un temps. Sainte Irène se jeta à terre, pleine de gratitude, remerciant Dieu ; &, depuis lors, l’Ange, jamais plus, ne quitta ses côtés. Ils s’entretenaient ensemble comme devisent des amis ; & il lui révélait non seulement les plus secrètes pensées des moniales, mais celles aussi des gens qui venaient à elle, pour la voir & entendre ses paroles toutes empreintes de sagesse. A ceux qui avaient commis quelque péché, elle évoquait la damnation éternelle à laquelle tous ceux qui, sans regrets, n’ont pas fait pénitence sont condamnés, qu’ils fussent laïcs, hommes ou femmes, moines, ou moniales. Elle ne critiquait pas les êtres de manière directe, pour ce qu’elle ne voulait pas leur faire honte à la face d’autrui, mais, avec doigté, elle retournait leurs cœurs, les incitant au repentir.
Elle priait constamment, de l’après-midi au matin suivant, jusqu’au moment de l’office des mâtines ; puis elle dormait quelques courtes heures. Après quoi, se rendant à l’église, elle demandait aux moniales de venir se confesser l’une après l’autre. Si l’une d’elle ne lui disait pas exactement ses pensées & ses actes, elle lui révélait avec précision tout ce qu’elle avait omis de dire. De là que toutes la respectaient comme une Sainte, pareille à quelque créature surnaturelle.
Sa renommée s’était répandue dans la ville entière ; & tous accouraient, pour voir les beaux traits de son visage d’Higoumène, & entendre ses instructions empreintes de Sagesse. Chaque jour, sénateurs, nobles gens, femmes, jeunes filles, jeunes gens & vieillards se pressaient au monastère, & Irène leur parlait avec son esprit de prudence & sa contrition accoutumées. Bien des gens se mirent à regretter leurs péchés, & furent sauvés par son entremise. Le nom d’Irène la toute merveilleuse fut bientôt partout connu de tous.
L’humble Irène était très émue par l’obéissance des moniales envers elle, & ses yeux s’en emplissaient de larmes. Souvent aussi, durant la liturgie, tandis que se préparait le Sacrifice de la Sainte Communion, ses pensées se tournaient vers Jésus Christ, qui avait accepté de devenir homme, & d’être crucifié pour notre Salut. Le Mystère voulait qu’à cause de Son grand Amour pour nous, Il nous permît de Le recevoir en nous par le truchement de la Sainte Communion. Elle était si absorbée dans la contemplation de ce Mystère du Sacrifice de Jésus qu’elle en pleurait, quoiqu’elle voulût que nul ne pût la voir. Elle se voilait la face comme si elle eût été elle-même coupable de la mort de notre Seigneur. Elle se sentait pareille à un malfrat ou à une criminelle qui eût commis quelque acte décisif contre la loi.
Jamais Irène ne cessait de prier & de rendre grâces à Dieu. Une nuit, les démons résolurent de venir l’accabler dans sa cellule, où elle se tenait en prières, debout, les bras tendus vers le ciel. Usant de leurs ruses habituelles, ils criaient avec des mots dégoûtants, & obscènes, dans le dessein de la troubler & de mettre un terme à sa concentration. Cependant, ils ne pouvaient y parvenir. L’un d’eux, le plus irrespectueux s’approcha d’elle au plus près, &, se moquant, lui cria : « Irène de bois, debout sur ses jambes de bois (- parce que la Sainte continuait de se tenir debout durant ses prières - ), quand cesseras-tu de gémir sur ta génération ? Tu nous consumes avec tes prières, & tu nous rends moroses. » Le reste des démons la regardaient comme s’ils étaient en train de déplorer leur infortune, criant & hurlant. Sainte Irène demeurait sans crainte, toujours debout, au milieu d’ eux. Alors le sale démon hurleur alluma un cierge à la veilleuse & mit le feu au voile de la Sainte. Elle, n’en continuait pas moins de se tenir debout, profondément concentrée sur ses prières. Alors, les flammes atteignirent non seulement le bord de son habit, mais ses épaules, sa poitrine, sa taille & son dos, qui commençaient de brûler aussi. La Sainte aurait totalement pris feu, si l’une des moniales, qui priait dans la cellule d’à côté, n’eût point senti l’odeur des habits & de la chair brûlée. Elle courut à sa rescousse.
Lorsqu’elle entra dans la cellule de la Sainte, elle trouva cette dernière en flammes, quoiqu’elle se tînt debout comme un pilier d’Eglise, immobile, sans un mouvement. Lors, la moniale éteignit le feu, & ,parce que la Sainte ne bougeait toujours pas, elle la secoua vivement pour la faire réagir. Sainte Irène, enfin, baissa les bras : «  Mon enfant, » gémit-elle, « pourquoi m’avoir causé une telle infortune, & privée d’un honneur tel que celui du martyre ? Jusqu’ à cette heure, un Saint Ange se tenait en face de moi, tissant une couronne de mille fleurs, plus embaumantes & plus merveilleuses que nul n’en eût jamais su voir. Comme il s’apprêtait à disposer cette couronne sur mon front, tu es entrée, & l’Ange m’a quittée. Tes mains ingrates m’ont fait subir une perte & un dommage irréparables. » Entendant ces reproches, la moniale se prit à pleurer. Comme elle retirait des chairs l’habit à demi consumé, un parfum sublime sortit de l’habit & du corps de la Sainte, qui surpassait les parfums les plus coûteux, & se répandit dans le monastère durant nombre de jours, au point que tous s’en émerveillaient. Parce que la Sainte n’avait pas même un habit de rechange à se mettre, la moniale lui apporta l’un des siens. En quelques jours la Sainte fut guérie de ses brûlures par Celui qui guérit les corps & les âmes, Jésus Christ, & qui guérit aussi ses membres & sa chair brûlée. Surtout, il accrut désormais sa faculté de proorasis, lui donnant de voir l’avenir à l’avance de manière plus exacte encore.
N’en aurait-on pas, du reste, été suffisamment persuadé encore, que les événements qui suivent suffiraient à témoigner de ce charisme de proorasis dont était douée la Sainte pour prévoir l’avenir :
Il advint un jour que l’eunuque qui était le serviteur de la sœur d’Irène ( laquelle avait été mariée à César Vardas, oncle de l’empereur) vint au Monastère. Sainte Irène, l’appelant en secret : «  Cyrille ,» lui dit-elle, « prépare ma soeur, car, dans quelques jours d’ici, son mari s’en va mourir, de ce que le roi Michel conspire contre lui. Mais dans peu de temps, le roi va mourir à son tour, du fait de ses actions démoniques. Il tombera dans une conspiration, & perdra tout ensemble son royaume & sa vie. Veille bien cependant à ne dire cela à personne autre ; que nul de tes parents n’essaie de se dresser contre le roi destiné à régner, & ne l’entrave en aucune façon, parce que Dieu l’a choisi pour sa piété. » Quelque jours plus tard en effet, César fut assassiné, tandis qu’il était dans un camp d’armée. Michel fut assassiné aussi, de la même façon, & ses sujets eurent Vassili de Macédoine pour nouveau roi.
Suivent ici quelques-uns des autres miracles sans nombre accomplis, de son vivant, par la Sainte.
Chaque premier janvier, Sainte Irène avait accoutumé de célébrer avec respect, honneur, & grand dévotion la mémoire de Saint Vassili le Grand, qui avait en commun avec elle d’être originaire de la même ville de Cappadoce. Le prêtre avait achevé la liturgie, lorsqu’il mentionna qu’une souris, qui se trouvait sur le Saint Autel, risquait de souiller les Saints Vases ; & il demandait à l’Higoumène de trouver un quelconque moyen de s’en débarrasser. La Sainte s’en fut prier à sa cellule, fût-ce pour une cause aussi futile que celle de ce rongeur nuisible. Comme le prêtre s’apprêtait à repartir, Sainte Irène envoya la moniale qui prenait soin de l’église lui dire : «  Si tu retournes à l’église, tu y trouveras la souris morte devant le Saint Autel . Jette-là dehors. » Le prêtre y alla, & voyant que la souris était effectivement morte : «  Gloire à Dieu », s’écria-t-il, « qui accomplit des miracles par ses Saints. »

Il advint encore qu’une belle & noble jeune fille de Cappadoce fut fiancée à quelque jeune homme auquel on l’allait marier, lorsqu’elle changea d’avis & voulut devenir moniale. La jeune fille choisit de demeurer dans le monastère de Chrysovalandou. Mais le démon, du fait de sa résolution, l’avait prise en haine, & il invétéra dans le cœur de son fiancé le désir d’amour. Le fiancé tenta de la faire sortir du monastère, mais n’y put parvenir. Il était si profondément épris d’elle qu’il s’en fut trouver un sorcier, serviteur du démon, qu’il soudoya en sorte que l’autre fît tout ce qui était en son pouvoir pour la lui rendre. Le mage fit ce qu’il souhaitait, & la jeune fille, de fait, sembla tout-à-coup avoir perdu la tête ; l’esprit comme égaré, elle parcourait, errante, le monastère, appelant son fiancé par son nom, & disant que si on lui ouvrait pas la porte pour qu’elle pût l’aller trouver, elle se tuerait.
Sainte Irène s’attrista de l’événement. Elle s’agenouilla, priant, &, dans ses larmes, disait : «  Démon ravisseur ! le Christ ne te laissera pas dévorer sa brebis. » Puis elle rassembla toutes les moniales, & après leur avoir rappelé comment se garder des ruses du démon, elle leur ordonna à chacune de jeûner une semaine entière, de prier incessamment, & de faire mille prosternations par jour, en demandant à Dieu de sauver sa brebis perdue. Ainsi firent-elles.
Le troisième jour, à minuit, tandis que Sainte Irène priait, elle vit soudain, devant elle apparu, Saint Vassili le Grand, qui lui dit : «  Irène, pourquoi nous soupçonnes-tu de laisser advenir des choses indignes & impies sur notre terre patriarcale ? Demain, au point du jour, prends avec toi ta suivante malade, va-t’en à l’église des Vlachernes & tu y verras venir la Mère de notre Seigneur Jésus Christ, qui a le pouvoir de la guérir ». Puis, il disparut .
Sainte Irène prit avec elle la jeune fille malade & deux moniales, & s’en fut aux Vlachernes. Elles y prièrent tout le jour, puis, vers la mi-nuit, harassées de fatigue, tombèrent endormies. La Sainte fit alors le rêve d’une foule de gens en procession, défilant en habit brillant comme l’or, & parsemant les rues de fleurs & d’ encens dont s’embaumait l’atmosphère. Lorsqu’elle leur demanda la raison de tant d’apprêt, ils dirent à Irène que la Mère de Dieu arrivait & qu’il convenait qu’elle s’agenouillât devant Elle.
De fait, la Mère de Dieu survint, suivie d’une foule en vêtements brillants, étincelant de Lumière . Sa Sainte & Vénérable face lançait un tel regard qu’il était fort malaisé à un œil humain d’en soutenir la vue. Après que la Mère du Christ Jésus eut vu tous les malades qui se trouvaient là, elle vint à la protégée d’Irène. Sainte Irène s’agenouilla aux pieds de la Mère de Dieu, en grand crainte, & L’entendit appeler Saint Vassili, qu’elle l’interrogea sur la difficulté que rencontrait Irène. Saint Vassili s’en entretint donc avec la Mère de Dieu, laquelle appela ensuite Sainte Anastasia Pharmacolytria  : «  Va, «   lui dit-elle, «  à Kessaria avec Vassili, fais y d’instantes investigations, & soigne cette jeune fille, puisque mon Fils & mon Dieu t’ont donné la bénédiction pour ce faire. » Saint Vassili & Sainte Anastasia partirent en hâte, de manière à mettre à exécution l’ordre qui leur avait été intimé.
Sainte Irène entendit lors une voix lui dire : «  Retourne au monastère, & elle y sera guérie. » Sainte Irène s’éveilla, & révéla sa vision aux moniales ; & toutes s’en furent, se réjouissant. L’on était vendredi après-midi, à l’heure des vêpres. Lorsqu’elles se rassemblèrent dans l’église, la Sainte leur demanda de lever les yeux & les bras au Ciel & de chanter avec larmes la Prière du Coeur : «  Seigneur, aie pitié de nous », avec autant de profondeur qu’il leur serait loisible. Après un assez long temps, cependant qu’elles avaient mouillé de leurs larmes le sol de l’église, elles virent devant elles, volant dans les airs, Saint Vassili & Sainte Anastasie. «  Irène », dirent-ils, «  tends les bras, prends ce paquet, & ne nous blâme pas des sorcelleries de Kessaria. » Ils lui parlaient ainsi parce qu’un instant auparavant elle priait devant leur icône, les suppliant d’expulser les sorciers de Kessaria. La Sainte tendit les mains & reçut le paquet, lequel ne pesait pas moins de trois kilos. Lorsqu’elle l’ouvrit, elle y trouva des cordelettes, des touffes de cheveux, des noms démoniaques écrits sur une pièce de papier & deux statues de plomb montrant la jeune moniale & son fiancé accouplés d’une manière obscène.
Toutes les moniales restèrent dans l’église le reste de la nuit durant, priant & remerciant Dieu. Le jour suivant, elles retournèrent au monastère & y contèrent ce qui était arrivé. Le lendemain, la Sainte envoya aux Vlachernes deux moniales & la malade, devenue sa protégée, ainsi que le paquet qui contenait les objets magiques, avec de l’huile, & du pain de prosphores pour la liturgie. Le prêtre qui desservait dans l’église jeta au feu les objets magiques. A peine brûlaient-ils que le démoniaque pouvoir d’ensorcellement quitta la protégée de la Sainte. Elle recouvra ses sens & sa raison, & bénit Dieu qui l’avait sauvée. En même temps divers cris comme de porcs qu’on mène à l’abattoir se firent entendre aux entours. Tous ceux qui les ouïrent s’en furent effrayés, bénissant Dieu pour ses miracles.

Il y avait un jeune homme du nom de Nicolas, qui travaillait dans les vignes du monastère. Nicolas s’éprit de l’une des moniales, &, le jour comme la nuit, ne pouvait la chasser de son esprit. Il tâchait de trouver un moyen d’assouvir sa passion. Sa passion grandit avec l’entremise des démons, qui l’y incitèrent bien davantage, ce dont s’ attrista encore Irène. Une nuit que Nicolas, dans son sommeil, était comme inconscient, le démon le fit à ce point sortir de son bon sens, qu’il rêva que la porte du monastère était ouverte, qu’il se rendait dans la cellule de la moniale, & dormait avec elle. Dans son sommeil alors, le malheureux tomba à terre, se blessa, & le démon entra en lui . Dès lors, il le torturait. Le matin suivant, lorsqu’on ouvrit la porte, l’on trouva Nicolas gisant à terre près du seuil , l’écume à la bouche. L’on rapporta le tout à la Sainte, qui, de par son charisme, savait déjà la cause de ce qui s’était produit. Elle tomba à genoux, & pria : «  Béni soit Dieu » disait-elle, « qui ne permet pas que nous devenions la pâture & les victimes du Diable. »
Alors Sainte Irène envoya Nicolas à l’église de Sainte Anastasie pour le guérir, désireuse qu’elle était d’éviter l’admiration des gens à son endroit. Quelques jours plus tard, Sainte Irène rêva de la Sainte : «  Pourquoi m’as-tu envoyé ce fou ? » lui reprochait Sainte Anastasie. «  Voudrais-tu te moquer ? Tu devrais savoir, ma sœur bien-aimée, que toi seule peux le guérir. » La Sainte envoya chercher le possédé cependant qu’il jeûnait, mais elle ne le guérit pas sur-le-champ, parce qu’elle voulait que ce miracle soit ignoré de tous. Elle l’avait fait attacher à une colonne de l’église, en possédé qu’il était, & elle venait chaque jour avec ses moniales y prier pour son salut.
Un jour, durant la liturgie, le prêtre plaça sur l’autel le calice de la Sainte Communion. Alors, le démon qui se trouvait en celui qu’il possédait, lequel était encore attaché dans l’église, devint si furieux qu’il brisa sa chaîne, se rua sur le saint autel, & mordit le prêtre à l’épaule. Sainte Irène lui ordonna de demeurer tranquille. Lorsque l’homme la vit, il fut effrayé & voulut s’enfuir, mais la Sainte lui commanda de rester en paix, & il demeura immobile, comme s’il eût été attaché à quelque chaîne invisible. Lorsque la liturgie fut achevée, la Sainte fut laissée seule dans l’église avec le fou. Lors, celle-ci s’agenouilla & pria le Seigneur pour son salut. Puis elle se leva, commençant de scruter le démon, & lui demanda comment il était entré en cet homme. Le démon, contraint par le Saint pouvoir d’Irène, répondait à toutes ses questions. Pour finir, elle lui ordonna de sortir de cet homme. Le démon jeta l’homme à terre, le mit à mal, mais, à la fin, le quitta. La Sainte l’aida à se relever, & lui enjoignit de se garder de trop manger & de trop boire, & l’exhorta à ne pas manquer la liturgie à l’église, fût-ce durant les périodes chômées, & à prier souvent, pour que le démon ne trouvât nulle occasion de l’importuner encore. Elle lui recommanda encore de dire à quiconque voudrait connaître les circonstances de sa guérison que le Tout Puissant l’avait guéri par l’intervention des Anges Saints. C’est ainsi que Nicolas s’en fut, libéré de la possession du Diable, & priant Dieu pour son salut.
Sainte Irène poursuivit son combat spirituel, comme elle faisait auparavant, nimbant ses entours de flots de prières. Bien des fois, elle priait le jour entier & poursuivait la nuit ; parfois aussi deux jours & deux nuits consécutives ; & d’autres fois, elle continuait à prier une semaine entière d’affilée, les bras levés au Ciel. Lorsqu’elle voulait baisser les bras, elle ne le pouvait pas, parce que ses articulations étaient bloquées du fait d’un tel immobilisme. Alors, elle appelait l’une des moniales pour l’aider, & dans un bruit inquiétant qui s’entendait de loin, celle-ci tentait de faire ployer les membres paralysés de la Sainte.
Durant le Grand Carême, Sainte Irène avait accoutumé de ne manger qu’une fois par semaine des légumes verts, sans pain, & de ne boire que très peu d’eau. Du fait d’une telle tempérance, elle n’eut bientôt plus que la peau sur les os. Il advenait aussi qu’ elle ne dormît pas du tout. Elle priait & chantait des louanges en seule à Seul avec Dieu. Maintes & maintes fois, durant la nuit, elle se rendait dans la cour du monastère. Elle y contemplait les étoiles, & la beauté du Ciel, & glorifiait le Créateur qui disposa toute chose avec Son Infinie Sagesse.
C’est ici qu’il sied de mentionner le grand miracle qui advint dans la cour une nuit & qui, Dieu l’ayant ainsi voulu, fut secrètement aperçu d’une moniale. Une nuit donc, l’une des moniales, qui se trouvait être sortie de sa cellule, vit Sainte Irène prier au milieu de la Cour, se tenant debout en l’air, à peu près à deux mètres au-dessus du sol, en lévitation. Il y avait près d’elle, dans la cour du monastère, deux très hauts cyprès, qui avaient devant elle incliné leurs cimes jusqu’à terre, & qui se tinrent de la sorte aussi longtemps que dura la prière de la Sainte. Lorsqu’elle eut achevé ses prières, elle s’approcha des deux cyprès, toucha leurs couronnes, les bénissant du signe de la croix ; puis les arbres se redressèrent dans leur position naturelle. Lorsque la moniale eut vu tout cela, elle en fut effrayée, pensant qu’elle était victime d’une hallucination. Elle avait observé ce spectacle trois heures durant, & se demandait, désemparée, si c’était une réalité vraie, ou quelque illusion de ses sens égarés. Alors, elle courut à la cellule de son Higoumène pour mieux s’assurer de la vérité des faits. N’y trouvant pas la Sainte, elle put enfin croire que le spectacle dont elle avait été témoin était un véritable miracle. Toutefois, elle décida de ne parler de à personne de cet événement surnaturel.
Quelques jours plus tard, les moniales virent deux foulards au sommet de ces mêmes cyprès, qu’Irène y avait suspendus pour la Gloire de Dieu, pour ce qu’ils avaient, de fait, souvent penché leurs cimes devers la Sainte, révérencieusement s’inclinant devant elle. Les moniales s’interrogeaient l’une l’autre pour savoir qui avait bien pu pendre ces foulards aussi haut. Alors, la moniale qui avait observé ce qui était arrivé raconta le miracle. Lors, toutes, elles s’émerveillèrent, & les larmes emplissaient leurs yeux ; puis, elles reprochèrent à leur Higoumène de ne leur avoir rien dit de cette miraculeuse nuit.
Lorsque la Sainte s’aperçut que la moniale avait révélé le miracle à ses soeurs, elle en fut troublée, & l’appela dans sa cellule : «  Mon enfant, » gronda-t-elle, «  pourquoi as-tu révélé aux autres ce que tu avais vu ? Et si tu m’avais vu pécher en tant qu’être humain que je suis, aurais-tu tout aussi bien révélé mon péché ? » La moniale, effrayée, se laissa tomber à terre, implorant son pardon. Saint Irène lui dit, à elle, & aux autres moniales, de se garder de conter quoi que ce fût de ce qu’elles voyaient aussi longtemps que la Sainte serait vivante.
Nombre d’autres miracles prirent place encore en ces temps ; mais les moniales n’en dirent rien, se conformant en cela à l’ordre que leur avait donné la Sainte.
Une autre nuit, cependant, vers quatre heures du matin, Sainte Irène entendit une voix lui dire : «  Accueille le marin qui, ce jour, t’apporte des fruits qui feront les délices de ton âme. » Après la liturgie du matin, elle envoya deux moniales à la porte du monastère : «  Allez à la porte, » leur dit-elle, «  & faites entrer le marin qui attend au-dehors. » Après les préambules d’usage, elle lui demanda de lui conter comment il était arrivé jusque là. « Ma Dame, » répondit le marin, »  je ne suis qu’un pauvre marin de l’île de Patmos, & j’étais sur le bateau faisant route vers Constantinople, où nous faisions voile près de l’île de Patmos, lorsque nous vîmes sur le rivage de cette île un beau vieillard à l’air saint, qui nous appelait, nous criant de l’attendre. Mais le bateau était dangereusement proche des rochers, &, parce qu’ il était difficile de s’arrêter à cause du vent, nous continuâmes notre route. Le vieillard cria plus fort, & ordonna au bateau de rester immobile, ce qu’il tâcha de faire. Alors, l’homme vint jusqu’auprès du bateau, marchant sur les flots. Quand il nous eut rejoints, il tira trois pommes de son sein & me les donna, disant : «  Quand tu arriveras à Constantinople, donne-les au Patriarche, & dis-lui que son serviteur Jean les envoie du Paradis. » Car c’était Saint Jean l’Evangéliste en personne. Puis, il tira encore trois de ces mêmes pommes, & me dit : «  Tu donneras ces fruits en Don à Irène, la révérende mère du monastère de Chrysovalandou, & tu lui diras : «  Mange de ce que ton âme bonne a désiré : Je suis venu du Paradis pour te les apporter. » Après avoir dit cela, il glorifia Dieu, nous souhaita bon voyage, & disparut. Nous continuâmes notre périple. Je donnai au Patriarche les trois pommes, & viens porter le reste à votre Sainteté pour accomplir le précepte du Saint. »
Sainte Irène bénit le marin, qui s’en alla. Elle entreprit alors de jeûner une semaine entière, priant incessamment Dieu qu’elle glorifiait pour Ses Dons Célestes. Puis elle coupa l’une des pommes & commença d’en manger un petit morceau, seule & unique nourriture qu’elle s’accordait en quarante jours ; & elle ne prit rien d’autre, ni ne mangea de légumes verts, ni même ne buvait d’eau. Tandis qu’elle mangeait de cette pomme, un extraordinaire parfum en sortit, qui emplit le monastère tout entier. L’ odeur en était plus suave, ô combien ! que si les moniales y eussent distillé les parfums les plus précieux.
Le Mercredi Saint, Sainte Irène demanda aux moniales de participer à la Sainte Communion, puis, elle coupa la seconde pomme & la leur distribua. Quoiqu’elles ne sussent pas ce que c’était que ce fruit, elles en pouvaient sentir le parfum & sa douceur dans leur bouche ; & elles s’émerveillaient de ce que, tandis qu’elles en mangeaient, elles sentaient en leurs âmes exultation & délice. Quant à la troisième pomme, Irène la garda comme un trésor sans prix, qu’elle venait sentir chaque jour, pour en éprouver en son âme ivresses suave & ravissement céleste.
Le Vendredi Saint, Sainte Irène eut une vision. Pendant que les moniales psalmodiaient les prières de la Sainte Passion, il lui sembla que l’église s’emplissait d’un cercle de beaux jeunes gens, environnés d’une lumière éblouissante, qui chantaient les louanges de Dieu, Le glorifiant d’une douce mélodie aux accents merveilleux. Ils portaient des vases remplis d’huile sainte, qu’ils vidèrent sur le Saint Autel ; & un parfum s’éleva, qui remplit l’air de l’église , jusqu’aux entours du monastère . Puis, un vieil homme apparut, dont le visage rayonnait comme le soleil, & que chacun accueillit avec respect & amour. Il donna aux jeunes gens un beau tissu précieux pour couvrir la myrrhe sur le Saint Autel. Puis, un Ange, qui attendait à l’Autel, se tourna vers lui : «  Jusques à quand ? Seigneur », lui dit-il avec regret & tristesse. Et une voix se fit entendre, disant : «  Jusqu’à l’avènement du second Salomon, lorsque le monde céleste & le monde terrestre se confondront jusqu’à ne faire plus qu’un ; alors le Seigneur sera exalté à cette place, & la mémoire de Sa servante sera glorifiée. » Les jeunes gens en vêtements blancs chantaient des louanges : «  Gloire à Dieu dans les hauteurs », & ils s’élevaient jusqu’au Ciel.
La Sainte essayait de tirer au clair ce que cette vision signifiait & conclut que ni le monastère ni elle-même ne seraient glorifiés de son vivant non plus que de celui de ses moniales. Quelques jours avant d’avoir cette vision, elle avait demandé au Seigneur de ne pas la glorifier sur la terre, mais dans la Vie Eternelle. C’est pourquoi elle disait à ses filles spirituelles : «  Fuyez, chères enfants, les honneurs du peuple, parce que Dieu ne glorifie pas une âme qui cherche la reconnaissance des hommes. »
Une autre fois, une moniale qui était malade lui demanda de la guérir : «  Crois-moi », répondit la Sainte, « si cela avait été en mon pouvoir, & si j’avais été digne que Dieu m’entende, j’aurais imploré que nous soyons malades tous les jours de nos vies, parce que je sais combien cela est bénéfique pour l’âme, surtout quand le malade glorifie Dieu & confesse qu’il souffre justement. »

De misérables gens, par pure jalousie, vinrent calomnier auprès du roi l’un des parents de la Sainte, un noble d’entre les grands, qui occupait à la cour une position des plus hautes. Le roi l’en jeta dans le donjon du palais, & méditait de le noyer dans la mer, en sorte que nul ne pût trouver son corps pour l’enterrer. Nul de ses parents n’étant en mesure de l’aider, ils songèrent à Sainte Irène . Ils accoururent à elle, & lui demandèrent de prendre en pitié son cher parent, & de le sauver d’une mort aussi ignominieuse. Sainte Irène se désola de ce qui lui était arrivé : « Ne soyez pas tristes, » répondit-elle, «  rentrez chez vous, espérez en Dieu, & Il nous enverra du secours. » Puis, elle regagna sa cellule, & y pria Dieu, lui demandant d’aider cet homme, victime d’un traitement aussi injuste.
Le Seigneur, qui répond à ses servants pleins de foi, écouta la requête de la Sainte. Et, vers la mi-nuit, Sainte Irène apparut au roi dans son sommeil, en une vision de rêve : « ô roi ! «  lui cria-t-elle d’une voix forte, de nature à lui intimer de la crainte : «  lève-toi, & libère l’homme que tu as emprisonné iniquement, à l’instigation de la jalousie de ses pairs. Si tu ne m’écoutes pas, je demanderai au Seigneur des Cieux de se dresser contre toi. » Alors le roi, courroucé «  Qui es-tu ? «  hurla-t-il, « pour me menacer de la sorte, & entrer dans ma chambre avec un tel irrespect ? Qui t’a ouvert la porte & t’as laissée entrer à cette heure ? « . « - Je suis, « répondit-elle, « la mère Higoumène du monastère de Chrysovalandou. Mon nom est Irène. «   Et elle le répéta par trois fois. Puis, elle le piqua au côté. Qui était-il, lui, pour n’admirer pas la grandeur de Dieu ? Sa fureur accrue par la douleur qu’il ressentait au côté, le roi se leva, & vit la Sainte en face de lui. Mais celle-ci s’en fut vers la porte & disparut.
Le roi, effrayé, appela ses serviteurs, & en premier lieu celui qui dormait toujours sur le seuil de sa chambre, & leur demanda s’ils avaient vu, eux aussi, la moniale qui était entrée dans son appartement ; mais ils ne savaient pas ce dont il voulait parler, d’autant que les portes étaient fermées à clef, & que les clefs étaient cachées sous le matelas du roi lui-même. Alors, le roi leur demanda d’amener le prisonnier, & il l’accusa de recourir à la sorcellerie pour réchapper à sa sentence de mort. Mais le malheureux répondit qu’il n’usait de nulle magie & le jura devant Dieu. Alors le roi lui demanda s’il connaissait Irène Chrysovalandou. Il répondit que c’était une de ses parentes, vertueuse servante de Dieu. Le roi lui demanda encore comment il avait pu l’amener jusqu’au palais ; mais le pauvre homme l’assura qu’elle ne quittait jamais son monastère.
Lors le roi envoya de nobles gens la visiter, accompagnés des peintres les plus illustres, pour qu’ils pussent peindre son portrait, en sorte que lui fût confirmé l’objet de sa vision, cependant qu’il gardait en prison le parent d’Irène. Sainte Irène avait déjà eu connaissance de ces faits par la Grâce du Saint Esprit. Aussi, tandis qu’elle achevait ses prières du matin : «  Ce soir, » dit-elle aux moniales,  « le roi enverra beaucoup de ses gens ici, & la cour du monastère sera noire de monde. Mais soyez sans crainte, parce que le Seigneur prend soin du profit spirituel de nos âmes . »
Peu de temps après, les hommes du roi arrivèrent au monastère. Saint Irène entra dans l’église, & envoya un messager les informer qu’elle les attendait pour s’entretenir avec eux. En entrant, ils s’inclinèrent devant elle, &, comme ils approchaient, elle brilla devant eux dans une telle Gloire qu’ils en furent projetés à terre, littéralement atterrés. Sainte Irène les fit se relever : «  N’ayez crainte, mes enfants, «  leur dit-elle. Je suis un être humain, tout comme vous. Pourquoi ce roi sans foi vous a-t-il causé du trouble en vous envoyant ici ? Je vous en prie, redites-lui tout ce que je lui ai déjà dit auparavant dans son rêve ; &, en premier lieu, qu’il libère le prisonnier, pour ce qu’il n’est pas coupable. Si le roi me désobéit, tout ce que je lui ai prédit lui adviendra. Dieu vient à ceux qui lui demandent son aide en de sincères prières. » Les hommes du roi acceptèrent de transmettre à leur roi ce que Sainte Irène leur avait enjoint de lui rapporter, mais, auparavant lui demandèrent de les catéchiser pour le bienfait de leurs âmes, & en sorte aussi que le peintre puisse avoir le temps de dessiner son visage. Quand ils s’en furent retournés auprès du roi, ils lui dirent tout ce qu’ils avaient vu & entendu. Tandis qu’ils lui montraient son portrait, un rayon de lumière en sortit & atteignit le roi aux yeux, au point qu’il en perdit un temps la vue. Le roi, tout effrayé, se prit à crier : «  Bénis-moi, Seigneur, dans ta grande pitié. » Enfin, il vit le portrait de la Sainte & reconnut qu’elle ressemblait à la moniale qu’il avait vue en rêve. Aussitôt, il ordonna que le prisonnier fût relâché. Il implora son pardon & remercia Dieu de lui avoir épargné le péché plus grave d’avoir prononcé une injuste condamnation à mort. Il écrivit aussi à la Sainte : «  Nous avons, Irène, ô servante de Dieu, réalisé que nous avions injustement emprisonné cette personne de votre parenté. Et nous te remercions de nous avoir sauvé de ce piège. Pardonne-nous d’avoir douté de ta sainteté, & de ne pas t’avoir crue sur-le-champ. Ce faisant nous t’avons causé du tort . Je t’en prie, prie Dieu pour nous. La reine & moi t’invitons à venir ici nous bénir de tes mains saintes, & si tu ne peux venir à nous, nous viendrons à toi, t’offrir nos respectueux hommages. » Et il envoya au monastère la lettre accompagnée d’une foule de présents.
«  Ô roi, « lui répondit la Sainte, « Dieu, en Père charitable condescend à ta maladive faiblesse. Il ne désire pas la mort du pécheur, mais qu’il se convertisse & qu’il vive. Aussi, rends Grâce & Gloire à Dieu, & non pas à moi. Il ne sied pas que tu viennes ici, non plus que je me rende à la cour. Tu n’as nul besoin de la bénédiction de cette servante de Dieu pécheresse, parce que tu as, pour ton édification spirituelle, sa Sainteté le Patriarche, les Pères, prêtres de l’Eglise, & les Pères spirituels des monastères. Si tu écoutes leurs avertissements, cela sera pour plaire à Dieu, & tu gouverneras ton royaume dans le respect de Dieu, la sagesse, & la justice. Mais, si, désobéissant, tu contreviens à mon ordre, & que tu tentes de venir ici, cela te causera bien du mal, & tu mettras Dieu en courroux. Si, à rebours, tu m’écoutes, Dieu te bénira, & te gardera toujours de toute épreuve. » Lorsqu’elle eut fini la lettre, elle la scella, & l’envoya au roi, accompagnée de présents & de sa bénédiction. Il les reçut favorablement, mais s’attrista de ne pouvoir voir sa Sainte face. Après quoi, Il lui demanda pardon de sa faute à plusieurs reprises, & se dit heureux des prières qu’elle faisait pour lui & pour la reine, & de la guidance spirituelle qu’elle exerçait envers eux.
Son parent qui avait été sauvé de la mort, vint à elle, au monastère, &, se laissant tomber à genoux, il pleura longtemps. Il pleurait tant qu’il baigna de ses larmes les pieds de la Sainte. Elle lui conseilla d’observer les commandements du Seigneur pour n’être plus éprouvé à nouveau. Les épreuves, disait-elle, adviennent pour nous sanctionner de nos péchés. Il partagea les agapes des moniales, & tous remerciaient Dieu pour le salut de son corps & de son âme. Après quoi ils se dirent adieu & il s’en fut tout heureux.

Sainte Irène connaissait un homme nommé Christophore, lequel était bon & plein de respect des choses de Dieu. Il venait souvent au monastère & tous deux s’entretenaient, pour son édification. Un jour, après leur entretien spirituel qui avait été fort long, il s’apprêtait à partir après lui avoir présenté ses hommages respectueux ; il s’inclina devant elle pour lui faire sa métanie, lui demandant pardon. «  Lève-toi, mon enfant, », lui dit alors la Sainte, «  & puisse Dieu faire reposer ton âme. » Lorsqu’il eût entendu cela, il s’attrista, car il savait que la Sainte ne parlait jamais sans raison. Il lui demanda le sens de ses paroles, mais la Sainte trouva des excuses pour ne pas répondre, disant qu’elle avait autre chose à l’esprit, & l’apaisa. Christophoros la quitta, se sentant en parfaite santé.
Il arriva chez lui, prit son déjeuner, &, durant le temps des vêpres mourut sans que nul s’y fût attendu. La Sainte était la seule qui en eût su quelque chose.
L’une des moniales, qui avait peu auparavant entendu la Sainte dire ces paroles, lui demanda : «  Pourquoi, mon Ancienne, as-tu attristé Christophoros par ces paroles ? » « -  Je n’ai rien dit, » répondit la Sainte, «  qui ne fût vrai. Vois-tu, pendant qu’il me parlait, je voyais un jeune homme derrière lui, couvert de lumière, portant une faux acérée, & d’autres près de lui qui comptaient entre leurs doigts les derniers moments de sa vie. Ils avaient décidé que ce jour était son dernier jour. » Puis, elle appela une moniale & l’envoya chez lui pour vérifier s’il était véritablement mort. Et de fait il l’était. Toutes les moniales furent étonnées des facultés de leur maîtresse de vertu & elles glorifièrent Dieu de leur avoir donné une aussi magnifique préceptrice spirituelle. Dès lors, elles prêtaient plus d’attention encore aux dires de la Sainte.
Du fait de son humaine nature, Irène devait quitter ce monde. Aussi l’Ange lui révéla-t-il le temps de son passage aux Cieux. «  Tu dois savoir », lui dit l’Ange, «  que l’année prochaine, le 28 juillet lorsque tu auras célébré la fête du Martyr Pantéléimon, tu es destinée à te tenir auprès du trône de Dieu. » On était alors le 26 juillet, & le monastère célébrait l’inauguration de l’église de l’Archange Gabriel. L’année suivante, après que les moniales eurent célébré ce jour & celui de la fête de Saint Pantéléimon, elle reçut la Sainte Communion, après avoir jeûné une semaine, ne mangeant rien autre que la dernière pomme que le bien-aimé disciple du Christ, Saint Jean le Théologien, lui avait envoyée du Paradis, & qu’elle avait gardée pour cette occasion. Ce fruit recélait un tel parfum, & un tel pouvoir divin, que chaque fois qu’elle le tenait entre ses mains, tout sujet de plainte, toute amertume ou tout déplaisir qu’elle pût bien ressentir, disparaissait aussitôt. Toute tristesse s’en trouvait changée en joie ineffable. Elle se réjouit alors à la pensée que l’on escomptait qu’elle héritât le Royaume éternel. Elle reprit de la pomme, & son parfum, de nouveau, se répandit à travers tout le monastère. Enfin, elle réalisa que le temps pour son départ était venu. Prise d’effroi, elle pleura. Le reste des moniales se prit à pleurer avec elle, sans savoir cependant pourquoi elles pleuraient. Et quand elles lui demandèrent la cause de ses larmes : «  Mes enfants spirituels, » dit-elle,  «  je m’en vais, ce jour, quitter ce monde, & vous ne me verrez plus. Je vais dans la vie éternelle. Vous devez élire Marie, pour votre mère Higoumène, parce que c’est là le choix de Dieu. Marchez en ce monde le long du triste & de l’étroit sentier de vie, & vous recevrez au centuple dans le Paradis. N’enviez rien d’ici-bas, parce que tout y est vain ; contrariez les volontés propres de votre cœur, pour pouvoir le vaincre conformément à la volonté de Dieu ; ne faites pas ce que votre chair désire, mais ce que Dieu requiert, parce qu’Il est le seul qui vous puisse aider au temps du jugement. » Puis, elle leva ses bras vers le Ciel, & pria le Seigneur : «  Seigneur Jésus Christ, Fils du Dieu Vivant, » dit-elle, « à Toi, notre Bon Berger, qui es venu dans le monde pour nous sauver en répandant Ton Sang, je remets ce troupeau entre les mains. Je T’en prie, couvre le de Tes ailes & protège-le de l’influence du démon : Pour ce que tu es notre Salut, c’est à Toi que nous offrons nos prières & nos actions de Grâce. »
Lorsqu’elle eut cessé de parler, elle s’assit sur son séant, & l’on eût dit qu’elle souriait aux anges, comme si elle les voyait l’accueillir parmi eux. Sa face brillait comme le soleil. Elle ferma les yeux, comme si elle s’endormait, & remit sa Sainte âme à Dieu, après qu’elle eût vécu quatre vingt dix sept années. En dépit de son âge, sa beauté ne s’était jamais flétrie . Elle ressemblait même encore à quelque jeune fille de toute beauté. Les moniales endeuillées pleuraient leur bien-aimée mère spirituelle. Après quoi, tous les habitants des alentours, quasi, vinrent vénérer sa Sainte relique. Le synode des évêques, les nobles gens, hommes & femmes, jeunes & vieux, une foule de peuple vint au monastère, au point qu’il était impossible de l’enterrer dans les formes.
Ils durent attendre l’obscurité & la tombée de la nuit, pour que la foule se disperse, mais elle était encore si nombreuse que même alors ils ne pouvaient qu’à grand peine se mouvoir. Enfin, ils s’acquittèrent de tous les derniers devoirs à lui rendre & l’ensevelirent conformément aux règles de l’Eglise. Et quoiqu’ils usassent des parfums les plus odorants que les Pères avaient apportés avec eux, infiniment meilleur que celui de ces parfums, une merveilleuse odeur, embaumant, émanait de sa vertueuse relique.
Après les offices de l’ensevelissement, elles la placèrent dans une sépulture temporaire, jusqu’à ce qu’elles eussent construit une nouvelle tombe dans l’église de Saint Théodore, près de l’église de l’Archange, située dans le monastère. De là, chaque jour l’odeur de sainteté émanait de l’église Saint Théodore, comme un témoignage rendu à l’authenticité de la Foi de la Sainte envers le Seigneur.
Son parent, qu’elle avait sauvé d’une mort certaine, comme nous l’avons vu déjà, célébrait chaque année, par reconnaissance pour ce grand acte de bienveillance de la Sainte envers lui, sa commémoration, avec faste, & dispendieuse splendeur.

***
Sainte Irène aide un grand nombre de fidèles. Elle sauve les gens & fait des miracles pour ceux qui l’appellent à leur secours, comme pour ceux qui sont victimes d’injustices. Elle apparaît, de nuit comme de jour, qu’il s’agît de rêves, ou de visions & d’apparitions à l’état de veille, à ceux qu’elle bénit, les enfants en particulier, ou aux malades qu’elle guérit. Elle dissipe aussi la haine qui existe entre les êtres & apaise leurs cœurs par l’intervention de la Sainte Grâce. Elle aide tous ceux qui lui demandent avec dévotion son assistance, dissipe les bruits de scandales, & garde les cœurs en paix, pour que le démon n’ose pas entrer en eux. Ces miracles sont écrits en détail & consignés par ceux qui en ont bénéficié, avec leurs adresses pour vérifier leurs dires, dans un magazine mensuel publié par le monastère de Sainte Irène Chrysovalandou, dont le titre est : «  Torrents de miracles & rivières de Grâce » ; la publication s’en fait à la fois en grec & en anglais ; & le nom de Dieu y est toujours glorifié, Dieu à qui nous rendons gloire, honneur, & adoration, maintenant & à jamais.

Amin.
Moniale Païssia Chrsovalantianie.

***

Onze siècles après la dormition de Sainte Irène Chrysovalente, le monastère de Lykovryssi ( la fontaine aux loups) en Attique fut le premier à être construit en l’honneur de son nom en l’année 1930 par la défunte Abbesse Meletia.
L’abbesse Meletia avec un véritable hommage & des sacrifices sans fin fonda le monastère, & Sainte Irène Chrysovalente elle-même lui apparut, lui montrant où construire la première église en son nom. C’est là qu’est abritée comme un trésor de prix son icône miraculeuse. Ce lieu s’est avéré un sanctuaire pour une foule de gens troublés qui visitent le monastère & le quittent comme la piscine de Siloam guéris de tout par sa Grâce miraculeuse.
L’icône miraculeuse de Sainte Irène Chrysovalente fut peinte en 1919. Le peintre en était originaire de Vourla en Asie Mineure, & il devint moine au Mont Athos sous le nom de Frère Nectaire.
Le Père Nectaire, trois ans après avoir peint la sainte icône visita son pays natal, & en 1922 à Smyrne il fut tué par les Turcs.
Depuis l’année 1961, le monastère fut achevé par l’Archevêque Gabriel des Cyclades & des Iles & orné de splendides mosaïques illustrant des scènes de la vie de Sainte Irène dans le somptueux style byzantin, pour maintenir de la sorte l’existence du monastère de Sainte Irène à Constantinople qui florissait dans ces temps byzantins quand vivait la Sainte miraculeuse. La même divine Grâce qui richement brillait sur son monastère à Constantinople descend sur son saint monastère de Lykovryssi en Attique, en faisant une seconde piscine de Siloam. De Lykovryssi coule tant de miraculeux pouvoir de guérison qu’une moniale du monastère écrivit un tropaire de louange à la miraculeuse Sainte :
«  Tes miracles, ma Sainte,
Comme les étoiles dans le Ciel,
Brillent de Lykovryssi
Jusqu’en tout coin de la terre. »

***


La moniale Mélétia, fondatrice du saint monastère de Sainte Irène Chrysovalente à Lykovryssi d’Athènes.
( Conté par la moniale Païssia, qui lui succéda, seconde higoumène du saint monastère de Sainte Irène Chrysovalente).

La vision de Sainte Irène Chrysovalente.

Il est rapporté dans la bibliographie de Sainte Irène Chrysovalente que, la nuit du Grand Vendredi, les moniales psalmodiaient les souffrances de la passion de notre Sauveur Jésus Christ, Sainte Irène eut une vision & vit, entourant les moniales, nombre de jeunes gens vêtus de blanc, chantant des prières, que nul n’avait jamais chantées auparavant pour le Christ.
Ces jeunes gens tenaient des vases d ’huile sainte qui sentait une odeur suave, laquelle ne se pouvait comparer à quoi que ce fût d’autre, & le versaient sur l’Autel.
Après un moment, un homme habillé de blanc, avec une face aussi brillante que le soleil apparut. Cet homme était accueilli par tout un chacun avec un profond respect & un grand honneur. Il apportait un luxueux tissu digne d’un roi pour couvrir la précieuse huile sainte. L’Ange, qui attendait près de l’autel, & qui regardait partout cria avec une grande tristesse : «  Jusques à quand ? mon Seigneur ». Soudain, une voix se fit entendre : «  Jusqu’à l’avènement du second Salomon, quand le monde céleste & le monde terrestre vont fusionner & devenir un, alors le Seigneur sera exalté en ce lieu, & les mémoires de Ses servants seront glorifiées. »
Les jeunes gens vêtus de blanc chantaient des louanges : «  Gloire à Dieu au plus haut des cieux «  , cependant qu’ils montaient vers le Ciel.
La Sainte essayait de tirer au clair ce que cette vision signifiait, & conclut que ni le monastère ni elle ne seraient glorifiés de son vivant & de celui de ses moniales. Pour fuir tout l’honneur & la gloire des hommes, & n’être glorifiées que par Dieu. Telle fut la miraculeuse vision de Sainte Irène qui fut réalisée de nos jours, à Lykovryssi, au lieu que Sainte Irène avait choisi pour qu’y fut construit son saint monastère.
Je voudrais dire ici, poursuit la moniale Païssia, qu’un second Salomon se trouva en la personne de la moniale Meletia, qui devint la fondatrice de la première église sur la terre dédiée au nom & à l’honneur de Sainte Irène Chrysovalante . C’est le lieu où les hauteurs & la terre sont unis, comme dans la divine liturgie, seul moment où le ciel & la terre sont unis.
De cette façon les Paroles du Seigneur sont devenues vraies, conformément à la vision, & le Seigneur ressuscitera & le souvenir de Sa servante sera grand en ce lieu.
Les miracles de la Sainte se répandent partout, en manière que le nom du Seigneur soit glorifié, comme le charisme de guérir les malades fut donné par Lui à Sa Sainte.
Le soin du Seigneur & Sa grande pitié, ont donné la Grâce à la Sainte moniale Mélétia d’amener à la lumière le saint & brillant souvenir & la mémoire de Sainte Irène Chrysovalante & de faire connaître partout sa Grâce.
Après la prise de Constantinople par les Turcs en ce funeste jour de 1453 suivie de la chute de tout l’Empire byzantin, le magnifique monastère de Chrysovalandou aussi bien que la mémoire de sa Sainte finirent dans la ténèbre de l’obscurité & du silence.
Plus de mille ans ont passé depuis la sainte assomption de Sainte Irène Chrysovalandou, quand la moniale Mélétia devint le second Salomon qui, par la Grâce de Dieu, construisit d’abord une humble petite église au nom & en l’honneur de la Sainte, dans le lieu désert & sauvage de Lykovryssi, en 1930. Elle trouva ce lieu de Lykovryssi l’endroit le plus adéquat pour un monastère, dans le silence & l’isolement, loin des bruits de la ville. Le nom de Lykovryssi vient de ce que des loups avaient accoutumé d’y descendre pour y boire, en cette véritable fontaine aux loups. Ce fut là que la moniale Mélétia vint s’installer, ayant pour tout conseil une jeune fille de treize ans qui devint plus tard la moniale Païssia.
La vénérable vieille Mélétia réussit à répandre la lumière de la Grâce de Sainte Irène Chrysovalandou partout en Grèce & à l’étranger. Ainsi la Chrétienté Orthodoxe pu connaître la Sainte, laquelle offre généreusement ses miracles de guérisons, opérant là où les médecins
d’ aujourd’hui avouent leur impuissance.
Avec la fondation de ce saint & vénéré monastère de Sainte Irène Chrysovalandou, où pèlerins en nombre viennent chaque jour, la Révérende Mélétia a laissé une demeure religieuse & spirituelle, & ses mosaïques somptueuses en font un joyau d’art iconographique dans le plus pur style byzantin, doublé d’un centre de guérison, de grand rayonnement, s’érigeant en éternelle commémoration des vertus de la Sainte. Cette entreprise de la vénérable Ancienne, Mélétia, fut, en ses soixante-dix sept ans de vie, - elle mourut en 1977- l’occasion d’une lutte continuelle. Mais, à ce jour, ce monastère qu’elle a fondé existe toujours sur la terre comme un carrefour de gens qui y souffrent.
Son action constitue de nos jours le brillant exemple d’un modèle, attestant par ailleurs d’une forte personnalité hors du commun .

***

Aucun commentaire:

Publier un commentaire