lundi 30 avril 2012

Vie de Saint Nil de la Sora et autres Vies de Saints.

7 – 20 avril 2012 Cycle mobile (Pascalion): Nouveau et Lumineux Vendredi MÈRE DE DIEU SOURCE VIVIFIANTE Vendredi du Renouveau Today we commemorate the Life-Giving Spring of the Most Holy Theotokos. There once was a beautiful church in Constantinople dedicated to the Mother of God, which had been built in the fifth century by the holy Emperor Leo the Great (January 20) in the Seven Towers district. Before becoming emperor, Leo was walking in a wooded area where he met a blind man who was thirsty and asked Leo to help him find water. Though he agreed to search for water, he was unable to find any. Suddenly, he heard a voice telling him that there was water nearby. He looked again, but still could not find the water. Then he heard the voice saying "Emperor Leo, go into the deepest part of the woods, and you will find water there. Take some of the cloudy water in your hands and give it to the blind man to drink.Then take the clay and put it on his eyes. Then you shall know who I am." Leo obeyed these instructions, and the blind man regained his sight. Later, St Leo became emperor, just as the Theotokos had prophesied. Leo built a church over the site at his own expense, and the water continued to work miraculous cures. Therefore, it was called "The Life-Giving Spring." After the Fall of Constantinople in 1453, the church was torn down by the Moslems, and the stones were used to build a mosque. Only a small chapel remained at the site of the church. Twenty-five steps led down into the chapel, which had a window in the roof to let the light in. The holy Spring was still there, surrounded by a railing. 2 After the Greek Revolution in 1821, even this little chapel was destroyed and the Spring was buried under the rubble. Christians later obtained permission to rebuild the chapel, and work began in July of 1833. While workmen were clearing the ground, they uncovered the foundations of the earlier church. The Sultan allowed them to build not just a chapel, but a new and beautiful church on the foundations of the old one. Construction began on September 14, 1833, and was completed on December 30, 1834. Patriarch Constantine II consecrated the church on February 2, 1835, dedicating it to the Most Holy Theotokos. The Turks desecrated and destroyed the church again on September 6, 1955. A smaller church now stands on the site, and the waters of the Life-Giving Spring continue to work Miracles. There is also a Life-Giving Spring Icon of the Most Holy Theotokos which is commemorated on April 4. KONTAKION Tone 8 O most favored by God, you confer on me the healing of your grace from your inexhaustible Spring. Therefore, since you gave birth incomprehensibly to the Word, I implore you to refresh me with the dew of your grace that I might cry to you: Hail, O Water of salvation. L'ICÔNE DE LA MÈRE DE DIEU DE POCHAEV 8 septembre – Vendredi du Renouveau – 23 juillet L'Icône de la Mère de Dieu de Potchaïev (Volhynie 1559) et Commémoration de l'apparition miraculeuse de la Mère de Dieu qui sauva le Monastère de Potchaïev de l'attaque des Turcs et 3 des Tatars (Volhynie 1675). ou The Pochaev Icon of the Mother of God is situated in the Pochaev monastery. On the hill where the monastery is not located, two monks settled in the year 1340. One of the monks went to the top of the hill after prayer and suddenly he saw the Mother of God, standing on a stone and encircled by flame. He summoned the brother to look at the marvel. A third witness of the vision was the herdsman Ioann Bosoi. He ran to the hill, and the three of them together glorified God. At the stone where the MostHoly Mother of God stood, there remained definitely the imprint of Her right foot. In 1559 Metropolitan Neophytes of Constantinople, journeying through Volynia, visited the noblewoman Anna Goiskaya living at the estate of Orlya, not far from Pochaev. In farewell blessing he left Anna an icon of the Mother of God brought from Constantinople. They began to notice that from the icon there issued a radiance. When Anna's brother Philip was healed in 1597 in front of a monk, she gave the wonderworking image over to the monk, living at Pochaev hill. The holy image was placed in a church raised up in honour of the Dormition of the mother of God. A monastery was later established there, on the means of which Anna Goiskaya provided a large portion. The wonderworking icon began to be called the Pochaev Icon. Among the accounts of help from the Queen of Heaven the following is well known. A monk of Pochaev monastery was taken into captivity by the Tatars. Held in slavery, he thought of the Pochaev monastery, its holy things, the Divine services, the church singing. In particular the monk yearned for the time of the pending feast of the Dormition (Uspenie) of the MostHoly Mother of God, and he prayed tearfully to the Mother of God for deliverance from captivity. And suddenly, through the prayers of the MostHoly Virgin, the walls of the dungeon disappeared, and the monk found himself at the wall of the Pochaev monastery. The celebration of the Pochaev Icon is done also on the Friday of Bright Week and on 23 July. ou The Pochaev Icon of the Mother of God is among the most venerable sacred items of the Russian Church. It is reknown throughout all the Slavic world: they venerate it in Russia, in Bosnia, Serbia, Bulgaria and other places. Christians also of other confessions come for veneration of the wonderworking image of the MostHoly Mother of God, alongside the Orthodox. At the Pochaev Lavra, an ancient rampart of Orthodoxy, the wonderworking icon has resided about 400 years. (The account about the transfer of the icon to the Pochaev monastery is located under 8 September). The Miracles, which issued forth from the holy icon, are numerous and are testified to in the monastery books with the inscriptions of the faithful, who with prayer have met with deliverance from unclean spirits, liberation from captivity, and sinners brought to their senses. The celebration in honour of the Pochaev Icon of the Mother of God on 23 July was established in memory of the deliverance Uspenie-Dormition Lavra monastery from a Turkish 4 siege on 20-23 July 1675. In the Summer of 1675 during the time of the Zbarazhsk War with the Turks, during the reign of the Polish king Jan Sobesski (1674-1696), regiments composed of Tatars under the command of khan Nurredin via Vishnevets fell upon the Pochaev monastery, surrounding it on three sides. The weak monastery walls, just like some of the stone buildings of the monastery, did not offer much defense against a siege. The hegumen Iosif Dobromirsky urged the brethren and laypeople to turn themselves to Heavenly intercessors: to the MostHoly Mother of God and the Monk Job of Pochaev (Comm. 28 October). The monks and the laypeople prayed fervently, prostrating themselves before the wonderworking image of the Mother of God and the reliquary with the relics of the Monk Job. On the morning of 23 July with the rising of the sun, as the Tatars were holding a final meeting about an assault on the monastery, the hegumen ordered the singing of an akathist to the Mother of God. With the first words, "O Queen of the Heavenly Hosts," suddenly there appeared over the church the MostHoly Mother of God Herself, in "an unfurled gleaming-white omophor," with heavenly angels holding unsheathed swords. The Monk Job was beside the Mother of God, bowing to Her and beseeching the defense of the monastery. The Tatars took the heavenly army for an apparition, and in confusion they began to shoot arrows at the MostHoly Mother of God and the Monk Job, but the arrows fell backwards and wounded those who shot them. Terror seized the enemy. In a flight of panic and without looking, they trampled upon and killed each other. The defenders of the monastery attempted pursuit and took many prisoner. Some of the prisoners afterwards accepted the Christian faith and remained at the monastery thereafter. In the year 1721 Pochaev was occupied by Uniates. But even in this difficult time for the Lavra, the monastery chronicle notes 539 Miracles from the glorified Orthodox sacred image. During the time of the Uniate rule in the 2nd half of the XVIII Century, for example, the Uniate nobleman count Nicholas Pototski became a benefactor of the Pochaev Lavra through the following miraculous circumstance. Having accused his coachman for overturning the carriage with frenzied horses, the count took out a pistol to shoot him. The coachman, turning towards Pochaev Hill, reached his hands upwards and cried out: "Mother of God, manifest in the Pochaev Icon, save me!" Pototski several times tried to shoot the pistol, which had never let him down, but the weapon misfired. The coachman remained alive. Pototski then immediately set off to the wonderworking icon and decided to devote himself and all his property to the building-up of the monastery. From his wealth was built the Uspenie- Dormition cathedral and buildings for the brethren. The return of Pochaev into the bosom of Orthodoxy in 1832 was marked by the miraculous healing of the blind maiden Anna Akimchukova, who had come on pilgrimage to the holy things together with her 70 year old grandmother, from Kremenets-Podol'sk 200 versts away. In memory of this event, the Volynia archbishop and Lavra archimandrite Innokentii (1832- 1840) established weekly on Saturdays the reading of the cathedral akathist before the wonderworking icon. During the time of the rule of the Lavra by archimandrite Agathangel, archbishop of Volynia (1866-1876), there was constructed a separate chapel in the galleries of the Holy Trinity church in memory of the victory over the Tatars, which was dedicated on 23 July 1875. Tropaire de l'Icône de la Mère de Dieu de Pochaev ton 5 Ceux qui prient devant Ta Sainte Icône, Ô Notre Souveraine, Sont gratifiés de guérisons et reçoivent la connaissance de la Vraie Foi, Et ils repoussent les attaques des musulmans. 5 Dès lors supplie la rémission des péchés Pour nous tous qui nous prosternons devant Toi. Illumine nos coeurs avec des pensées de piété, Et élève une prière à Ton Fils pour sauver nos âmes. Kondakion de l'Icône de la Mère de Dieu de Pochaev ton 1 Ton Icône de Pochaev, Ô Mère de Dieu, Est devenue une source de guérison et de confirmation de la Foi orthodoxe. Dès lors délivre-nous qui avons recours à Toi Des calamités et des tentations. Préserve notre monastère intact. Confirme l'Orthodoxie dans les pays voisins, Et pardonne les péchés de ceux qui Te prient; Puisque Tu le peux si Tu le veux. Lecture de l’Epître Actes III : 1-8 3.1 Pierre et Jean montaient ensemble au temple, à l'heure de la prière: c'était la neuvième heure. 3.2 Il y avait un homme boiteux de naissance, qu'on portait et qu'on plaçait tous les jours à la porte du temple appelée la Belle, pour qu'il demandât l'aumône à ceux qui entraient dans le temple. 3.3 Cet homme, voyant Pierre et Jean qui allaient y entrer, leur demanda l'aumône. 3.4 Pierre, de même que Jean, fixa les yeux sur lui, et dit: Regarde-nous. 3.5 Et il les regardait attentivement, s'attendant à recevoir d'eux quelque chose. 3.6 Alors Pierre lui dit: Je n'ai ni argent, ni or; mais ce que j'ai, je te le donne: au nom de Jésus Christ de Nazareth, lève-toi et marche. 3.7 Et le prenant par la main droite, il le fit lever. Au même instant, ses pieds et ses chevilles devinrent fermes; 3.8 d'un saut il fut debout, et il se mit à marcher. Il entra avec eux dans le temple, marchant, sautant, et louant Dieu. Lecture de l’Evangile Jean II : 12-22 2.12 Après cela, il descendit à Capernaüm, avec sa mère, ses frères et ses disciples, et ils n'y demeurèrent que peu de jours. 2.13 La Pâque des Juifs était proche, et Jésus monta à Jérusalem. 2.14 Il trouva dans le temple les vendeurs de boeufs, de brebis et de pigeons, et les changeurs assis. 2.15 Ayant fait un fouet avec des cordes, il les chassa tous du temple, ainsi que les brebis et les boeufs; il dispersa la monnaie des changeurs, et renversa les tables; 2.16 et il dit aux vendeurs de pigeons: Otez cela d'ici, ne faites pas de la maison de mon Père une maison de trafic. 2.17 Ses disciples se souvinrent qu'il est écrit: Le zèle de ta maison me dévore. 2.18 Les Juifs, prenant la parole, lui dirent: Quel miracle nous montres-tu, pour agir de la sorte? 2.19 Jésus leur répondit: Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai. 2.20 Les Juifs dirent: Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce temple, et toi, en trois jours tu le relèveras! 2.21 Mais il parlait du temple de son corps. 2.22 C'est pourquoi, lorsqu'il fut ressuscité des morts, ses disciples se souvinrent qu'il avait dit cela, et ils crurent à l'Écriture et à la parole que Jésus avait dite. Cycle fixe : Commémorations SAINT BRYNACH (OU BERNACH, BERNACUS, BRENACH, BRYYNACH) DE CARN-ENGYLE (L'IRLANDAIS) (+5°.SAINT) Brynach était Irlandais et vivait au Pays de Galles où il érigea un ermitage et une église à un endroit appelé Carn-Engyle (Montagne des Anges) surplombant le Nevern (Pembrokeshire). 6 Traditionnellement, l'endroit a reçu son nom parce que Brynach était constamment en communication avec les Anges. Son église est devenue l'église principale du district. Quelques auteurs l'identifient avec Saint Brannock de Braunton. On dit que le premier coucou de printemps chante depuis le cimetière. Tropaire de Saint Brynach ton 2 O Saint Brynach, tu partis de ton Irlande natale / chercher Dieu dans la solitude du Pembroke. / Puisque tu es à présent devant le Christ Notre Dieu, / intercède auprès de Lui, nous te prions, / afin qu'Il nous fasse Miséricorde. SAINT METROPOLITE GEORGES DE MYTILENE LE CONFESSEUR (+820) Il mena dès sa jeunesse la vie monastique, particulièrement dans la vertu d'humilité. Durant le règne de Léon l'Isaurien (716-741), le Saint subit la persécution de la part des iconoclastes et devint un Confesseur. Pendant le règne de l'Empereur Constantin VI l'Aveugle (780-797). Saint Georges fut élevé au siège archiépiscopal de la ville de Mytilène sur l'Île de Lesbos. Sa vie brillait de prudence et pureté et ressemblait à la vie des Anges. Il possédait le don des Miracles, chassait les esprits impurs et guérissait les maladies incurables. Le Saint se distinguait par sa compassion et aidait tous les nécessiteux. En 815, durant le règne de l'iconoclaste Léon l'Arménien (813-820), le Saint Archipasteur fut banni et envoyé à Cherson où il rendit son âme au Seigneur après l'an 820.Au moment de sa Naissance au Ciel, une étoile radieuse brilla dans les Cieux au-dessus de la ville de Mytilène. SAINT HEGESIPPE, CONFESSEUR (+180) 7 Venu à Rome à l'époque du Pape Anicet, il y demeura jusqu'au pontificat du Pape Eleuthère. Pendant son séjour, il composa une "Histoire de l'Eglise" depuis la Passion du Christ jusqu'à son temps. ou Presque contemporain des Saints Apôtres, il vint en cette ville trouver le Pontife Anicet et y demeura jusqu'au pontificat d'Eleuthère. Pendant son séjour, il composa l'Histoire ecclésiastique depuis la Passion de Notre Seigneur jusqu'à son temps dans un style simple afin d'exprimer dans sa manière d'écrire, la vie de ceux dont il suivait les exemples. ou Hégésippe était un Juif converti auquel les malheurs de la nation dispersée avaient de bonne heure ouvert les yeux sur la cause de tant de désastres. Devenu un des plus fervents disciples des Apôtres, il quitta sa patrie et vint à Rome où Saint Anicet était Hiérarque. Chemin faisant, il visita les principales Eglises dans le but de recueillir pour l'instruction de ses compatriotes les traditions authentiques sur la Vie de Notre Seigneur Jésus-Christ et des Saints Apôtres. Il consigna dans un recueil intitulé "Mémoires" le fruit de ses observations et de ses impressions de voyage. C'était à la vérité une histoire ecclésiastique complète depuis Jésus-Christ jusqu'à Marc-Aurèle. Eusèbe et Saint Jérôme qui ont eu cet ouvrage entre les mains, louent la simplicité du style, la candeur du récit, l'Orthodoxie de l'auteur. Ces éloges confirmés par toute l'antiquité, ne font qu'augmenter nos regrets. Les "Mémoires" d'Hégésippe sont perdus pour nous. Les seuls fragments qui nous en restent ont été insérés dans la Patrologie grecque, t. 5, col. 1320. Les 2 Hégésippe - il ne faut pas confondre notre Saint avec un autre Hégésippe ou plutôt Josipe qui a donné, d'après Josèphe, "Cinq livres de la ruine de Jérusalem" et qui écrivit après Constantin le Grand. 8 SAINT NIL DE LA SORA (+1508) 7 avril – 7 mai (repos) Grand Ascète de l'Eglise en Russie, le Saint Moine Nil de la Sora descendait de la noblesse des Maikov. Il accepta le monachisme dans le Monastère de Saint Cyrille de Belozersk et suivit avec fruit les conseils du Pieux Staretz Paisius Yaroslavov qui devait devenir par la suite Higoumène de la Laure de la Trinité-Saint-Serge. Le Moine Nil voyagea beaucoup vers l'Orient, étudiant la vie monastique en Palestine et sur l'Athos. Retournant en la Russie, il se retira sur la Sora dans les terres de Vologda et construisit une cellule et une chapelle qui grandiront vite en monastère selon une forme neuve pour cette époque en Russie, Saint Nil adoptant la Règle du skite de l'Athos. Suivant les directives de Saint Nil, les Moines devaient subvenir à leurs propres besoins par le travail de leurs mains, n'acceptant la charité qu'en 9 dernière limite et briller de l'Amour pour tout et d'être resplendissants même à l'église. Les femmes n'étaient pas admises dans le skite monastique, les Moines n'avaient pas le droit de le quitter sous n'importe quel prétexte et interdite était la possession de terres ou domaines. Dispersés dans la forêt autour de la petite église en l'honneur de la Rencontre du Seigneur, en cellules séparées d'un ou deux mais jamais plus de trois personnes, les Moines des skites [= ermitages] se rejoignaient pour une journée entière de Services Liturgiques. En outre, à la Vigile de Toute la nuit, des lectures des Saints Pères étaient prescrites qui durait en effet toute la nuit. Les autres jours, chacun priait et travaillait dans sa propre cellule. Le point-clé de l'effort du Moine était la lutte contre ses pensées et ses passions afin de faire naître la paix dans son âme, la clarté dans son esprit, la contrition et l'Amour dans son coeur. Dans son oeuvre écrite "Une tradition pour mes disciples qui souhaitent vivre dans la nature sauvage," et la "Règle," Saint Nil décrit les étapes de cette activité mentale salvatrice. La première, c'est la renonciation au monde, en particulier aux distractions de ce monde. La seconde, c'est l'incessante prière accompagnée de la mémoire permanente de la mort à venir. Dans sa vie, le Saint se distingua par son extrême non-possessivité et son amour du travail. Il creusa un bassin et un puits dont l'eau se révéla par la suite source de guérisons. Pour sa Sainteté, le Staretz Nil fut profondément vénéré par les Hiérarques russes de son temps. Il participa aux Conciles de 1490 et 1503. Fuyant les honneurs et gloires de ce monde, juste avant sa Naissance Céleste, il supplia ses disciples de se débarrasser de son cadavre une fois endormi soit en le jetant à dévorer aux bêtes et aux oiseaux ou de l'ensevelir sans honneurs sur le lieu de ses combats. Le Saint s'endormit en la soixante-seizième année de sa vie le 7 mai 1508. Ensevelies dans le monastère qu'il avait fondé, ses Saintes Reliques furent glorifiées par d'innombrables Miracles. En anglais, on trouve des fragments de sa "Tradition" et de sa "Règle" dans le livre de G. Fedotov "Trésor de la Spiritualité Russe." ou Saint Nil naquit en 1433 au sein d'une famille d'aristocrates moscovites. D'abord employé comme secrétaire dans l'administration du Grand-Prince, il abandonna, encore jeune, la perspective d'une brillante carrière mondaine pour se retirer au Monastère de Saint-Cyrille du Lac-Blanc (cfr. 9 juin). Mais la rigueur du Monastère avait faibli depuis la Naissance au Ciel de son fondateur et Nil constata avec dépit que les Moines suivaient leurs volontés propres plutôt que les traditions des Saints Pères. Pour son profit spirituel, il quitta donc l'endroit et partit à la recherche des sources authentiques de la vie monastique en compagnie de son ami spirituel et disciple Saint Innocent, le futur fondateur du Monastère de Komel. Ils visitèrent les Monastères de Constantinople et restèrent plusieurs années sur la Sainte Montagne de l'Athos pour y étudier, par l'expérience, les traditions des Anciens Pères et le mode de vie hésychaste qui y florissait alors. Saint Nil y apprit le grec et put ainsi méditer en profondeur les écrits des Pères sur la garde de l'intellect et la prière du coeur. Vers 1480, les deux Ascètes retournèrent au Monastère du Lac Blanc avec le projet d'y introduire le mode de vie des skites [ermitages] alors inconnu en Russie où l'on ne trouvait que des grands et riches monastères cénobitiques ou des Ermites. Cette voie médiane où les Moines vivent seuls dans des cellules séparées les unes des autres et se réunissent de temps à 10 autre pour la célébration liturgique, fut à l'origine des glorieux centres monastiques d'Egypte et elle est louée par les Pères comme la meilleure.* * Cfr. Saint Jean Climaque, Echelle 1, 45. Nil se construisit d'abord une cellule à proximité du Monastère puis il s'éloigna à une quinzaine de kilomètres de là dans un Désert sauvage et lugubre où la rivière Sora coule paresseusement et transforme le terrain en un marécage qui n'offre aucun attrait pour les éventuels visiteurs. Il pouvait s'adonner à l'Hésychia, à la prière sans distraction et à l'étude des Saintes Ecritures, c'est-à-dire non seulement la Bible mais aussi les écrits des Saints Pères et les vies des Saints. Ayant abandonné à Dieu, disait-il, toute son incapacité et son ignorance, il ne faisait rien sans en avoir trouvé un témoignage dans ces écrits inspirés dont il avait fait sa vie et sa respiration. A ce sujet il écrivait à un Moine : "Que tu sois seul dans ta cellule d'Ermite ou au Monastère parmi tes frères Moines, fixe ton attention sur les Saintes Ecritures et marche sur les pas des Saints Pères car les Saintes Ecritures nous l'ordonnent. Ou bien, donne-toi dans l'obéissance à quelqu'un qui se sera montré réellement spirituel en pensées, paroles et actions (...) Si tu ne peux trouver ce guide alors donne-toi dans l'obéissance directement à Dieu à travers les Divines Ecritures."* * Lettre 1III. Traduction des écrits de Saint Nil dans la collection "Spiritualité Orientale n° 32," Abbaye de Bellefontaine. Il construisit d'abord une cellule de bois et une chapelle dédiée à la Sainte-Rencontre (Hypapante) mais refusait de recevoir les frères qui désiraient partager son mode de vie, prétextant qu'il était un homme pécheur et sans intelligence, malade de corps et d'esprit. Quelque-uns insistèrent pourtant et frappèrent continuellement à sa porte sans lui laisser le moindre repos. Se soumettant alors à la Volonté de Dieu, Nil les accepta, non comme disciples mais comme compagnons d'Ascèse et collaborateurs dans l'Oeuvre de Dieu. Il avait l'habitude de les nommer : "Mes seigneurs et mes frères." Il leur permit de construire leurs propres cellules à portée de voix, autour de l'église et les laissa y mener leur combat spirituel, selon le témoignage de leur conscience. Les frères se réunissaient tous ensemble, deux fois par semaine le samedi et le mercredi soir* pour célébrer dans l'église une Vigile de Toute la Nuit conclue au matin par la célébration de la Divine Liturgie et un repas commun. Cette Vigile était composée surtout de la récitation du Psautier interrompue par des lectures des écrits ascétiques ou par de brèves conversations spirituelles entre les Moines. On ne donnait qu'une très faible place au chant, considéré par les anciens Pères du Désert comme hostile à la componction et réservé aux églises du monde. Les autres jours, chacun vivait à part, passant la plus grande partie de son temps en prière ou à méditer les Ecritures. * Les jours de grandes fêtes, ils remplaçaient la Vigile du mercredi par celle de la fête, de sorte qu'il y ait toujours deux Vigiles par semaine. Dans le Typikon qu'il rédigea pour la skite, Saint Nil prescrit aux Moines de vivre du travail de leurs mains en évitant les lourds travaux agricoles et de n'accepter les aumônes qu'en cas de maladie ou d'extrême nécessité afin de pouvoir préserver leur liberté et leur Hésychia. Il leur était interdit de quitter la skite dont l'accès était prohibé aux femmes et aux enfants. Les Moines devaient vivre dans la plus grande simplicité en se contentant du strict nécessaire, conformément aux prescriptions de Saint Basile. La chapelle elle-même devait être pauvre, dépourvue de riches ornements et d'objets en métal précieux. Chaque Moine n'avait d'autre préoccupation que de lutter jour et nuit contre les pensées passionnées par le jeûne et la veille, en mettant surtout l'accent sur la prière ininterrompue de l'intellect dans le coeur. Malgré cette retraite rigoureuse, la réputation de Nil parvint jusqu'aux grands centres de la Russie : Moscou et Novgorod. En 1490, il fut convoqué au Concile réuni à Moscou pour 11 statuer sur les hérétiques judaïsants. Grâce à l'influence de cet Homme de Dieu, le Concile anathématisa les hérétiques et les condamna à l'exil mais il refusa d'employer contre eux la peine de mort, déclarant que leur châtiment devait être laissé à Dieu qui est assez puissant pour les corriger. En 1503, Nil est présent à un nouveau Concile au cours duquel il proposa de retirer aux grands Monastères cénobitiques la possession de villages et d'immenses propriétés qui les transformaient en puissances féodales et impliquaient les Moines dans de multiples soucis mondains sans rapport avec leur vocation. Ces excès dans les propriétés monastiques d'alors étaient la cause d'un déclin de la vie spirituelle et avait développé dans les Monastères russes la perverse idiorythmie.* De nombreux Moines du Monastère du Lac-Blanc et de la région de la Transvolga se rangèrent à l'opinion de Saint Nil mais Saint Joseph de Volokolamsk, appuyé par la hiérarchie, s'y opposa violemment, arguant que grâce à leurs propriétés les monastères pouvaient faire l'aumône et contribuer à l'instauration d'une société fondée sur les principes évangéliques. Ce fut le début d'une longue querelle entre les "non-possesseurs" et les "Joséphites" qui divisa cruellement l'Eglise russe et fut la source de bien des maux dans les siècles suivants. Quant à lui, dès qu'il sentit une opposition, Saint Nil refusa de s'impliquer dans une controverse ecclésiastique. Il disait : "Il ne convient pas qu'un Moine s'empêtre dans la discussion avec qui le prend à partie, il doit plutôt se retirer." Il se retira donc dans l'Hésychia de la Skite de la Sora et passa les dernières années de sa vie dans la prière, occupé à la copie des manuscrits des Saints Pères. * régime de certains monastères permettant aux Moines de s’organiser à leur propre rythme ; sorte d'autonomie dans la communauté monastique permettant aux Moines de vivre à part à l'intérieur du monastère Alors que son corps déclinait lentement, il rédigea son testament dans lequel il recommande à ses compagnons d'Ascèse de laisser son corps sans sépulture et de ne lui accorder aucun honneur. "Moi, indigne Nil, supplie mes supérieurs et les frères qui sont du même esprit que moi d'accomplir ma dernière volonté. Après ma mort, jetez mon corps dans le Désert pour que les animaux et les oiseaux le dévorent car il a si vilainement péché contre Dieu qu'il est indigne de sépulture. Et s'ils ne le font pas alors creusez un trou à l'endroit où nous vivons et enterrez-moi sans aucun égard. J'ai toujours tâché, de toutes mes forces, de ne recevoir ni honneur ni louange dans ce Monastère durant ma vie; qu'il en soit ainsi après ma mort." Il envoya son disciple Saint Innocent fonder un monastère cénobitique et prescrivit que la Skite de la Sora devait rester pauvre et que les Moines continuent d'y vivre chacun séparément dans sa cellule. Puis il s'endormit en paix, le 7 mai 1508. En 1569, le Tsar Ivan IV le Terrible visita la skite et décida d'y faire construire une église de pierre. Mais peu après, Saint Nil lui apparut et lui interdit de ne faire aucune transformation dans l'église et dans les cellules des Moines. La victoire des partisans des possessions monastiques prépara la sécularisation de l'Eglise russe au dix-septième et dix-huitième siècles* mais malgré les persécutions, l'esprit ascétique de Saint Nil demeura comme le feu qui couve sous la cendre et ses écrits eurent une influence considérable pour préparer la renaissance spirituelle que connut l'Eglise russe au dixneuvième siècle à partir de Saint Païssy Velitchkovsky et des Startsis [Anciens, guides spirituels; pluriel de ‘Staretz’] d'Optino. * En 1764, la plupart des Monastères de Russie furent fermés sur ordre de Catherine II. ou 12 Nil est un des plus fameux Pères de l'Eglise russe. Il fut l'initiateur de la manière de vivre du monachisme russe appelée "Skète." C'est dans les étendues sauvages et désertiques du Nord de la Russie au milieu des marais et des forêts qui s'étirent autour de la Volga que Saint Nil Sorki appela le monachisme russe à revenir à la simplicité, l'humilité, la prière et le coeur de l'enseignement des Anciens Pères de l'Eglise. On connaît peu de détails particuliers sur la vie de Saint Nil. Les traits principaux sont rapportés par le "Patericon" du Monastère de la Trinité-Saint-Serge. Il existe aussi quelques fragments de lettres, de commentaires et d'écrits qui survécurent soit à la destruction des Tatars, soit à la négligence ecclésiale. Des années durant, l'Eglise en Russie vit en Nil plus une énigme qu'une bénédiction. Les autorités de l'Eglise russe de l'époque n'avaient pas été à même d'apprécier la valeur de son point de vue ni de prêter attention à ses avertissements et elles firent en sorte que tant lui que ceux qui l'ont suivi et leurs idées, soient relégués aux dernières pages de l'histoire ecclésiastique. Il est bon pour l'Orthodoxie en général et donc pour l'Eglise russe en particulier qu'elle reconnût finalement tant Nil que ceux qui avaient des idées différentes de lui comme Saints. Mais ce ne sera pas avant de longues années après sa Naissance au Ciel qu'il y aura reprise d'intérêt en faveur de ses écrits et idées et de son merveilleux exemple personnel de dévotion et détermination chrétiennes. Bien qu'il ne sera jamais publiquement glorifié par l'Eglise en Russie, Saint Nil commença à apparaître dans les calendriers de paroisses au moins à partir de la fin du dix-huitième siècle (comme constaté en 1864) et on le retrouvera publiquement repris dans le calendrier ecclésiastique officiel à partir de 1903. ou Nil de la Sora (Nil Sorsky) naquit vers 1443 dans une famille appelée Maikov. Nil parle de lui-même en utilisant l'épithète poselyanin (habitant rural) et nombre d'auteurs acceptent son origine paysanne. Il entra jeune dans la vie monastique et fut tonsuré "dans ma jeunesse" d'après ses propres paroles. On ne sait pas grand chose de ses premières années comme Moine. Il entra au célèbre Monastère de Saint-Cyrille de Belozersk. On ne sait pas trop combien de temps il y demeura ni les raisons de son départ. Certains auteurs présentent l'idée que ses capacités d'érudit et ses diligents efforts le firent accepter dans le monastère russe sur la Sainte Montagne de l'Athos en Grèce. On possède cependant un fragment de lettre qui donne une autre raison et un sens plus personnel de frustration et de mécontentement à l'intérieur de la communauté spirituelle du Lac Blanc : "Est-ce que mon départ du monastère (du Lac Blanc) n'était pas pour le bien du profit spirituel? Oui pour son bien car je n'y voyais plus la préservation de la manière de vivre selon les Lois de Dieu et les traditions des Pères mais plutôt une vie selon la volonté propre de chacun et les idées humaines et ils y étaient nombreux ceux qui, agissant de cette manière corrompue, s'imaginaient mener une vie vertueuse." Il semble donc que Nil soit parti à la recherche d'une forme plus épurée de vie monastique et accompagné de son disciple Innocent (qui deviendra Saint Innocent de Komel), il fit le voyage de l'Orient pour la vénérable communauté monastique du Mont Athos. Quand y parvint-il et combien de temps demeura-t-il dans le monastère russe sur l'île grecque, on ne le sait pas. On pense qu'il maîtrisait le grec bien que nombre des anciens écrits des Pères de l'Eglise 13 avaient déjà été traduits en russe. C'est à cette époque qu'il entama des années dédiées à la lecture, la traduction et l'étude des Anciens Pères de l'Eglise. Il semble avoir été particulièrement attiré par les écrits des Saints Basile le Grand, Macaire d'Egypte, Isaac le Syrien, Philothée du Sinaï, Jean Cassien, Nil du Sinaï, Maxime le Confesseur, Siméon Stéthatos, Pierre Damascène, Jean Climaque et Grégoire le Sinaïte. On voit clairement sa joie à étudier ces écrits si profonds des Pères dans la citation suivante : "Je vivais comme une abeille voletant de belle fleur en belle fleur afin de connaître le jardin de la vie, la Vérité chrétienne et afin de ranimer mon âme, d'y paver un chemin pour la préparer à son Salut." C'est durant son séjour au Mont Athos que Nil commença à affiner sa pratique de toute une vie, la "prière mentale." Au Mont Athos, la "Prière de Jésus" était utilisée comme centre de la dévotion contemplative du Mystère et on présume qu'il y a travaillé sous la guidance d'un Staretz à cette époque. On rapporte que Nil se serait aventuré à partir du monastère méditerranéen pour partir en pèlerinage vers la Ville Sainte de Constantinople, visitant les monastères avoisinants, bien qu'il n'existe aucun détail de ces séjours. Apparemment, il voyageait avec son disciple Innocent et continua ses études et voyages jusqu'à ce que, soit il retournât au Mont Athos, soit en Russie. A nouveau, les détails sont vagues et il n'y a plus de chronologie fiable. Cependant Nil rentra en Russie et vint auprès de Saint Cyrille de Belokersk après ses voyages et son séjour au Mont Athos. Pénétré par l'enseignement et l'esprit du monachisme grec, il chercha à ramener en Russie ce qu'il avait appris. Après son retour de Grèce Nil demeura quelque temps au Monastère de Saint Cyrille, "s'étant construit une cellule hors du monastère." Apparemment cependant, ses dévotions et contemplations étaient constamment interrompues par les gens cherchant son conseil et sa compagnie et il décida de déplacer sa hutte vers un endroit plus éloigné et moins peuplé. "Alors je m'éloignai du monastère jusqu'où par la Grâce de Dieu, je trouvai un endroit approprié, peu fréquenté par des matérialistes." Du fait que ses premières expériences dans un grand monastère lui semblaient comporter nombre de désagréments Nil espéra ramener une nouvelle forme de vie monastique, basée sur de plus petites communautés de Moines. Ce qui deviendra connu sous le nom de système monastique du Skète (Skite) s'était développé hors de Russie. Nil avait observé les Skètes athonites et byzantins durant ses voyages et son séjour en Orient et pensa que cette forme résolvait nombre des problèmes qu'il sentait exister dans les grandes communautés où il avait auparavant vécu. Les Skètes sont fondés sur le principe de quelques Moines qui cherchent à entamer la vie contemplative en bâtissant des cellules individuelles pour la prière et la Contemplation, assez proches les unes des autres pour participer ensemble à la Liturgie et aux Offices et s'entraider en maintenant un moyen de subsistance ou au moins de quoi se nourrir chacun de sorte que la dévotion et la Contemplation privées étaient incorporées à la vie en communauté vécue à travers les Offices Liturgiques et à l'assistance matérielle et spirituelle pour son prochain. Le système du Skète que Nil amena en Russie était à mi-chemin entre les communautés cénobitiques et l'érémitisme (solitaires, Ermites) et leurs formes respectives de dévotion, prière et vie monastique. Le fondateur de plus petites communautés de Moines fervents permet à chaque adepte le plus de temps possible pour la prière privée et la méditation 14 solitaire et reconnaît aussi l'importance des Liturgies communes, des Sacrements et du rituel. Les communautés de Skètes sont basées sur la notion de travail individuel et l'idée que chaque Moine travaille pour ses propres besoins. Elles réalisent aussi ce fait incontournable que la vie réclame bien souvent le besoin d'assistance matérielle et spirituelle, en coopération avec les autres. Cette voie médiane dans l'ascétisme devint la base d'une nouvelle forme de monachisme qui allait se répandre par la suite en Russie et dans la région de la Trans-Volga. Pour Nil, c'était un moyen de créer une manière de vivre dans une solitude profonde et volontaire en relation avec Dieu, à l'intérieur du réseau d'une communauté. C'était sa manière d'accomplir l'adage de vivre "dans le monde sans en faire partie." L'endroit choisi par Nil pour devenir la base de son petit Skète fut décrit par les voyageurs comme une région marécageuse et boueuse près de la Rivière de la Sora. Il y avait de grandes étendues de sapins mais la rivière n'y coulait pas à flot en cet endroit-là et c'était décrit comme un endroit désertique stagnant et isolé. Le sol était détrempé et Nil dut élever beaucoup de terre pour y bâtir sa première cellule. C'est dans ce lieu solitaire et désolé que les fondements du système du Skète en Russie sont nés. De là, son influence se répandit et s'implanta fermement comme une "Troisième voie" pour le monachisme russe et les fondations de communautés contemplatives. Au début Nil repoussa ceux qui cherchaient à devenir ses disciples. Lorsqu'il s'éloigna plus encore du Monastère de Saint Cyrille, il pensa que l'isolement découragerait la perturbation et les Moines qui sollicitaient son conseil. Mais un petit groupe d'adeptes dévoués et insistants commença vite à se rassembler autour de lui pour ses enseignements et conseils spirituels. "Nombre de vertueux frères vinrent à moi, voulant vivre ensemble, bien que j'en refusai beaucoup parce que je suis un pécheur et une personne stupide et si faible d'âme et de corps. Mais certains de ceux que j'avais chassés revinrent en insistant pour rester et ne voulant pas cesser de frapper à ma demeure, ne me laissant pas tranquille. Alors je considérai cela, me disant que c'était peut-être la Volonté de Dieu qu'ils viennent à moi, peut-être avaient-ils le droit de partager la tradition des Saints et garder les Commandements de Dieu et vivre en accord avec la Tradition des Saints Pères." Nil ne se présenta jamais comme un Ancien [en russe 'Staretz'] dans le sens traditionnel. Il se présentait à ceux qui sollicitaient ses instructions comme un ami qui participait au même voyage qu'eux et qui connaissait quelques-uns des chemins et pistes qu'ils avaient à emprunter et qui avait quelque connaissance des épreuves nécessaires à affronter dans ce grand voyage vers Dieu. Il se voyait comme égal à ceux qui cherchaient ses conseils et ne voulut jamais demander le titre d'Ancien ni le statut spirituel élevé que cela impliquait. Il enseignait par des indications et exemples et partageait ce qu'il avait appris durant ses longues années à scruter les écrits des Evangiles, les Epîtres et les écrits des Pères de l'Eglise. Ce n'était pas un voyage facile. Il demandait l'attachement à Dieu et à la Règle du Skète. Les hommes qui restèrent avec lui pour étudier et prier n'étaient pas seulement confrontés à des évaluations spirituelles du voyage mais aussi à la dureté de la pauvreté qu'ils assumaient volontairement comme limites de leur Foi et de leur vie. "Si l'un d'eux ne voulait pas vivre selon les Commandements de Dieu et la Tradition des Saints Pères alors il devait cesser de frapper à mon humble demeure. Je le renvoyai comme s'étant prouvé paresseux et querelleur." Les activités des Moines à l'intérieur du Skète comme celles de Nil lui-même était d'abord centrées sur la prière et la dévotion. Chaque Moine, cependant, établissait ses propres règles 15 de prière et d'activités, était responsable du maintien de ses propres moyens de subsistance et soumis aux règles communes de la vie du Skète. "Les enseignements de Nil mettaient l'accent sur la dignité et la liberté. Ses Skètes étaient organisés pour assurer un maximum de liberté à l'intérieur de laquelle ses Moines étaient libres de chercher après Dieu selon leur manière propre. La vraie Sainteté, enseignait Nil, n'est pas définie par un nombre fixe de pratiques ascétiques ou de prière mais par les mouvements vers le but, c'est-à-dire le mouvement vers Dieu. Ce mouvement est ressenti comme le but de la vie humaine et dès lors la signification de la dignité humaine." Nil et ses disciples entreprirent de copier les livres et de corriger les erreurs majeures dont il ressentait la présence tant dans les textes traduits et dans les interprétations des leurs rédacteurs à l'intérieur des manuscrits, en particulier dans les Vies des Saints. Nil aurait rédigé un compendium majeur des "Vies des Saints" malheureusement perdu, bien que des références en ont été faites occasionnellement dans des études ultérieures sur sa vie et son oeuvre. A la fin du quinzième siècle, l'Eglise orthodoxe et les institutions monastiques avaient grandi et s'étaient consolidées en même temps que les grands du peuple russe. C'était devenu de puissants propriétaires terriens et les sièges tant du pouvoir séculier qu'ecclésiastique. On estime qu'à peu près le tiers des terres arables étaient propriété ou contrôlées par ces grands monastères et clercs ecclésiaux. La puissance politique de l'Etat féodal était à la fois soutenue et étayée par les Hiérarques ecclésiaux. Mais comme avec tous les grands conglomérats de pouvoir, on y trouvait de grands abus d'autorité, tant contre les paysans qui travaillaient sur les terres que dans les finances amassées par les propriétaires terriens ecclésiaux. "Les monastères furent parmi les premiers propriétaires terriens à demander à la Couronne des chartes fixant les paysans au sol. Le Monastère de la Trinité-Saint-Serge avait cent mille "âmes" cultivant ses propriétés dispersées sur quinze provinces." Non seulement l'Eglise et ses institutions monastiques étaient des acteurs économiques et politiques majeurs à l'intérieur d'une identité nationale croissante mais elles étaient aussi des sources majeures pour les hautes études et constituaient aussi autant de centres de l'expansion culturelle et du développement du pays. Les artisans, architectes, maçons et bâtisseurs, graveurs de bois, orfèvres, argentiers, bijoutiers, peintres et artistes, iconographes et les écrivains, tous commencèrent à se développer et à fleurir sous mécénat et service d'Eglise. Quelques-unes des plus belles et durables musiques de la civilisation occidentale ont aussi grandi de cette nouvelle floraison de cette culture nationale russe à la recherche de sa propre expression du Christianisme et de la musique locale. Tenter d'examiner les époques et influences dans lesquelles Saint Nil vécut, n'est pas tâche facile. Il y a beaucoup à dire à propos des douleurs de l'accouchement d'une nation quand les peuples luttaient pour trouver un commun dénominateur de langue, culture et religion. Des erreurs étaient commises et des excès pouvaient se produire. Parfois des valeurs se perdaient ou étaient oubliées et parfois des institutions religieuses attrapaient l'ivresse du pouvoir suite à leur croissance. Nous sommes tous de grands pécheurs et la propension bien humaine aux mauvaises habitudes semble trouver sa place y compris dans les institutions les plus religieuses et apparemment les plus morales. Ce sont ces contradictions que Saint Nil vit et au sujet desquelles il nous avertit d'être sur nos gardes. Le Christianisme orthodoxe ou Vraie Glorification de Dieu, affirme qu'afin de 16 maintenir le caractère sacré de ses rites et la véritable essence de ses enseignements, il nous faut être "dans le monde sans être de ce monde." Pour Saint Nil, c'est la responsabilité première du Chrétien. Être prévenant et doux au possible dans nos relations humaines, tout en étant en tout temps occupé à essayer de maintenir notre dévotion et notre fidèle relation à Dieu, ce à quoi le Christ appelle chacun d'entre nous. Nil vit l'hypocrisie et le danger d'une hiérarchie ecclésiale dont il pensait qu'elle avait parfois perdu le bon sens et la raison. L'édifice de l'Eglise avait certes grandi mais Saint Nil voyait que l'intérieur était délabré, pollué par l'avidité et l'aspiration au pouvoir et au contrôle. Il ne voulait pour rien sacrifier la véritable essence du Mystère de l'Eglise pour la grande architecture et la structure humaine et l'Etat. Nil et ses disciples menèrent une vie relativement obscure et en paix jusqu'en 1490 lorsqu'on lui demanda de participer à un Concile de l'Eglise pour décider du sort d'un groupe d'hérétiques connus comme les "Judaïsants." Ces judaïsants étaient un petit groupe d'intellectuels ecclésiastiques relativement bien placés qui commençaient à avoir une influence sur les interprétations théologiques et le développement de l'Eglise. Ils étaient contingentés dans la région autour de Novgorod et commencèrent des incursions dans les années 1470 lorsque d'autres critiques éclatèrent contre l'Eglise établie. Les judaïsants étaient aussi fort critiques face à la richesse croissante et aux propriétés terriennes des monastères et de l'Eglise et il cherchaient un retour à une forme plus simple de spiritualité et de dévotion. Leur menace pour l'Eglise ne fut pas vraiment considérée comme importante jusqu'à ce qu'ils commencent à "convertir" des Prêtres et à acquérir de la sympathie auprès de membres de la famille impériale. L'Archevêque Gennadij fut nommé dans le district de Novgorod en 1484 mais il n'eut vent de ces petites bandes d'hérétiques secrètement adeptes dans sa juridiction qu'en 1487 et il commença ses efforts pour écraser les hérétiques. En 1490, un Concile (ou le Synode?) fut réuni pour délibérer de l'hérésie judaïsante. Gennadij trouva un allié en la personne de l'Higoumène Joseph du Monastère de Volokolamsk. Joseph dirigeait strictement un grand monastère et ses capacités d'écrivain les rendaient capable de défendre ses points de vue. Il écrivit son traité bien connu "L'Illuminateur" (Prosvetiel) comme défense contre l'hérésie judaïsante. Il défendait les perspectives théologiques orthodoxes traditionnelles. Joseph était studieux et bon érudit. Très versé dans la Bible et les écrits patristiques, il présenta un dossier convainquant contre les hérétiques. Les quatre derniers chapitres de "L'Illuminateur" traitent en particulier des raisons pour lesquelles la punition corporelle et l'exécution devraient être suivies par l'Eglise à l'encontre des judaïsants. Il demandait la mort pour leurs dirigeants et la prison à vie pour la plupart des adeptes. Paisius Yaroslavov (un vénéré Staretz russe que nombreux pensent avoir été le maître de Nil en Russie) et Nil étaient tous deux présents au Synode de 1490. Ils étaient connus comme opposants tant aux persécutions séculières qu'au procès ecclésiastique contre les hérétiques. Et tous deux lorsqu'ils avaient à traiter d'infractions tant par des Moines que par des laïcs, conseillaient toujours le pardon et la charité. Nil pensait que la relation entre un être humain et Dieu n'était connue que de Dieu Seul. Il posa la question du rôle de l'Eglise pour tenter de ramener ceux qui étaient accusés d'hérésie dans le bercail de l'Eglise avec quoique ce soit comme autres moyens que l'admonition, la prière et l'exemple. Bien qu'il n'y ait plus de comptes-rendus des échanges entre ceux qui étaient contre les persécutions à l'encontre des judaïsants et les Joséphites qui soutenaient leur excommunication et mise à mort, Nil maintint toujours son opposition à la punition corporelle 17 et l'exécution. Certains auteurs avancent qu'il aurait pu avoir admis "certaines circonstances" où l'Etat pourrait intervenir dans la punition des hérétiques mais que lui "il était l'avocat de la clémence comme convenant mieux à des Chrétiens." Dans tous les cas, il s'opposa résolument à la peine capitale. Saint Nil enseigna sans la moindre compromission que la conscience humaine devait être libre et que "Nul ne devrait être persécuté pour ses vues religieuses."" On doit se rappeler que la torture et l'exécution des hérétiques par l'Eglise et l'Etat était la norme à travers l'Europe occidentale à cette époque-là. En ce qui concerne Nil, avoir parlé contre les persécutions tant civiles qu'ecclésiastiques des hérétiques consistait en une approche parfaitement conformes à l'esprit de l'Orthodoxie mais hors des normes qui prévalaient dans l'Occident hétérodoxe, normes qui avaient contaminé la Russie à l'instar, bien qu'à l'opposé, des idées franc-maçonnes elles aussi venues d'Occident. Les vues de Nil sur la liberté de l'individu à poursuivre une relation personnelle avec Dieu et l'idée que Dieu Seul pouvait définir la relation semblait alors incroyablement tolérante. Il n'y avait pas de philosophie compliquée ni théorie abstraite à la base de sa tolérance et de ses idées de liberté de conscience. Il basait sa vue sur la notion du pardon et de la charité chrétienne. Il se tournait toujours vers le Christ comme un exemple que tous nous devrions suivre, non seulement dans le développement de nos relations avec Dieu mais aussi pour les autorités civiles et la hiérarchie de l'Eglise. Il insistait pour que nous nous souvenions que l'idée civile d'une société chrétienne était basée en premier sur cet appel constant au pardon et à l'Amour. Dès lors, les institutions et autorités impériales qui cherchaient à imiter le Christ se devaient de servir d'exemple dans leur capacité à pardonner et à accepter de nouveau dans le bercail ceux qui s'étaient éloignés des traditions de l'Eglise. Mais quelles que soient les particularités de la chronologie, les hérétiques furent finalement tués ou emprisonnés et que l'hérésie des judaïsants effacée ou forcée à vivre encore plus cachée. La miséricorde et la charité chrétiennes que Nil conseillait pour le temps qu'elles ont pu durer, finirent par succomber face aux standards du moment concernant le traitement de ceux qui étaient "en dehors" des traditions de l'Église. Depuis des années Nil avait vécu dans son Skète [ou ‘skite’, = ermitage] du Désert avec une douzaine de Moines. Il avait peu de contacts avec le monde extérieur. Il était admiré pour son érudition et son humble dévotion à Dieu ainsi que pour son service effacé envers ses étudiants et l'Église. Ils avaient bâti ensemble des huttes individuelles comme cellules et une petite chapelle pour la Divine Liturgie. Ils maintenaient une vie sévère et simple comme Ascètes et contemplatifs hors des soucis mondains des grands monastères et des soucis et problèmes auxquels ces derniers devaient gérer en raison de l'étendue de leurs grandes propriétés. Les Moines du Skète de Nil étaient engagés dans la prière et la Contemplation, se rassemblaient chaque semaine pour célébrer la Divine Liturgie, copiaient et traduisaient les écrits dans Anciens Pères de l'Église. On rapporte que Nil aurait rédigé des "Vies de Saints" faisant autorité et un commentaire sur les Ascètes du Désert qui faisaient son admiration. Nil avait toujours insisté pour que les Moines de son Skète aient leur propre travail et de quoi se subvenir à leurs propres besoins. Ils ne possédaient pas de grandes terres ni n'employaient de paysans pour leurs travaux ni n'avaient de travailleurs ou de serviteurs attachés. Ils vivaient aussi simplement que possible. Nil évitait les intrigues politiques et ecclésiastiques qui étaient légions à cette époque et qui montaient Higoumènes l’Evêques et clercs les uns contre les autres. Personne ne s'attendait à ce que cet homme simple mais érudit, timide et retiré et visiblement engagé dans des activités loin des soucis du monde, vienne se tenir debout et dénoncer les 18 abus de pouvoir et du système des propriétés terriennes qui prévalait dans la communauté monastique. Alors que les clercs assemblés étaient assis, ébahis, à écouter son appel déchirant pour un retour à la simplicité spirituelle et à l'austérité, ils réalisèrent qu'il avait appelé à la destruction du système de propriété ecclésiale tel qu'il existait. Joseph qui était un grand partisan des grandes propriétés monastiques et communautés et qui avait quitté l'assemblée, fut ramené par ses collègues pour relever le défi de la position mise en avant par Nil. Joseph s'était trouvé de l'autre côté de la barrière durant les sessions concernant les Judaïsants. Lui et Nil avaient des vues divergentes sur les responsabilités spirituelles de l'Église. Joseph avait un agenda à la fois bien plus étendu et pointu du rôle de l'Église dans la politique russe et les luttes de pouvoir alors que Nil conseillait aux Moines de retourner à leurs voeux de pauvreté, prière et dévotion. Si la Contemplation était la raison première des Moines pour se rassembler dans des communautés très priantes alors il serait bon de ne pas être chargés par les soucis de diriger de grandes propriétés, des questions de travail des paysans et de servitude et de l'incroyable dépense de temps que prenait la gouvernance des villages attachés aux propriétés monastiques et ecclésiales. Non seulement la richesse personnelle atteinte par nombre de Moines et d'Higoumènes ainsi que le prestige et la puissance subséquents les éloignaient du leurs voeux de pauvreté mais ceci les entravait grandement dans leur voyage sacré vers Dieu. Nil avec les autres clercs et Moines qui le soutenaient, reçurent le nom des "Non Possesseurs." Ils devinrent la conscience qui rappelait à l'Église russe la nécessaire simplicité et l'humilité dans la relation de chacun avec Dieu dans la conception désintéressée de la propriété, la pureté et le détachement dans la prière pour les communautés dévotionnelles qu'ils espéraient voir ainsi pouvoir enrichir la vie spirituelle du peuple russe. Les "Non- Possesseurs" rappelèrent sans cesse à l'Église la tradition des Anciens Pères, le rôle de la prière hésychaste telle que propagée par le Mont Athos et la primauté des Évangiles et des Épîtres comme terre ferme pour la dévotion. Au moindre doute Nil se tournait toujours vers l'Évangile, priait et méditait pour comprendre ce qu'il lisait. C'était la source première de sa grande vision et de son appel au retour vers les fondements de la Tradition Trinitaire et le chemin chrétien de simplicité de l'Église de toujours. Ceux qui détenaient les clés du pouvoir avaient tout à perdre. Ils consolidèrent leur pouvoir et firent appel à Joseph pour les guider et repousser les arguments des "Non-Possesseurs." Joseph et son cercle de partisans furent appelés les "Possesseurs." Ils se firent les grands partisans de l'accroissement des possessions terrestres des communautés monastiques et de l'accroissement de la puissance de l'Église dans sa relation avec l'État russe en développement et nouvellement consolidé. Ils soutinrent l'aristocratie et les grands propriétaires terriens et reçurent quantité de terres du pouvoir politique en échange de leur continuel soutien. Joseph lui-même reçut sept villages de Sée Grandis en remerciement pour son soutien et sa guidance. Les "Non-Possesseurs" furent souvent accusés d'une forme de "puritanisme" relative à l'ornementation de l'église. Ils remirent même en question la valeur spirituelle des nombreuses Icônes ornées de bijoux que la plupart des grands monastères possédaient. On dit que Nil ne voulait ni or ni argent dans l'ornementation, les vases et les calices sacramentels de sa petite chapelle taillée à la rude. Bien qu'ils n'étaient sûrement pas iconoclastes, les "Non- Possesseurs" encourageaient une forme plus simple d'embellissement architectural et d'iconographie. Nil sentait que la beauté du sanctuaire pourrait finir par distraire le fidèle de sa prière et du développement de sa relation personnelle avec le Créateur. 19 Après que Nil eut présenté ses préoccupations et conseils au Synode, il s'en retourna simplement dans le Désert qu'il savait aussi être son refuge. L'inutilité du combat était visible dans l'avidité et le pouvoir qui avait déjà inondé la structure et la hiérarchie des grandes communautés monastiques. Les nombreux biens terrestres comme le développement du formalisme à travers le ritualisme à l'intérieur de l'Eglise avait déjà commencé à "dépersonnaliser" le Mystère de la relation sacrée entre l'homme et Dieu. Pour Nil, l'Eglise risquait vite de devenir ce monde auquel il voulait échapper et qu'elle-même semblait avoir oublié de promouvoir. Lorsqu'il retourna dans le monde noir et humide de son Skète et des quelques Moines qui s'étaient assemblés pour apprendre son chemin vers Dieu, il se retira finalement du monde. Il ouvrit la porte de sa cellule et vint à la maison de la Contemplation priante qui était le centre de sa vie. C'est cet exemple de retour qu'il a légué au monde. Le constant rappel que l'on doit toujours se retourner vers Dieu. Peu importe à quel point on aurait pu devenir puissant et riche et imprégné des plaisirs de ce monde : le coeur doit toujours faire chemin retour vers Dieu, la Puissance du Saint-Esprit et l'Exemple du Christ. Si quoique ce fût a subsisté de son héritage, c'est bien l'appel de Saint Nil de la Sora à se tourner vers Dieu. Cet héritage nous balise le chemin vers un Désert où nos coeurs peuvent contempler la Grande Bonté de l'Être Divin et où chacun d'entre nous doit lutter pour devenir comme le Christ, fondant nos vies sur la simplicité de l'Amour, de la Vérité et du pardon. Saint Nil naquit au Ciel en 1508 à l'âge de soixante-quinze ans. Il a laissé derrière lui sa dernière volonté et instruction à ses disciples : "Moi, l'indigne Nil, je supplie mes supérieurs et frères qui sont du même esprit que moi, d'accomplir cette dernière volonté qui est mienne. Après ma mort, jetez mon corps dans le Désert afin que les bêtes et les oiseaux puissent le dévorer car il a bassement péché contre Dieu et est indigne d'une sépulture. S'ils ne font pas cela alors creuser un grand trou là où nous vivons et ensevelissez-moi là avec toutes les sortes de manques de respect. Craignez les paroles que le Grand Arsène adressa comme commandement à ses disciples, disant : 'Je vous ferai citer au Jugement si vous donnez mon corps à qui que ce soit.' Il a toujours été mon plus cher désir autant que mes forces l'ont permis de ne recevoir ni honneur ni louange dans cette vie monastique alors qu'il en soit ainsi après ma mort. Je vous supplie tous de prier pour mon âme pécheresse et je vous demande à tous pardon comme je vous pardonne tous. Puisse Dieu nous pardonner tous." ou SAINTS MARTYRS TÉTELM À LUXUEIL ET SES COMPAGNONS (+888) Ils furent tués dans la même invasion de Vikings près du monastère. Une chapelle fut bâtie sur le lieu où les Saints étaient tombés. On ne pouvait y ensevelir que les enfants de moins d'un an. SAINT HIÉROMARTYR ET ABBÉ GIBERT (OU GIBARD) DE LUXEUIL (+ 888) 16 février – 7 avril Gibert était Abbé de Luxeuil au moment de l'invasion des barbares en Austrasie et il fuyait avec ses Moines quand ils furent rejoints par les barbares qui les mirent à mort parce qu'ils ne voulaient pas renier leur Foi. Il est vénéré à Martinvelle dans les montagnes des Vosges où son corps fut enseveli. La fête de ces Martyrs se célébrait à Luxeuil le 16 février mais G. Bucelin marque le 7 avril. 20 SAINT MARTYR CALLIOPE DE POMPEIOPOLIS EN CILICIE (+304) Il appartenait à une famille sénatoriale de Pergé en Pamphylie. Il fut éduqué dans les vertus chrétiennes par sa mère Théoclie. Lorsque fut promulgué l'édit de persécution générale de Dioclétien (304), sur les recommandations de celle-ci, il alla se réfugier à Pompéiopolis en Cilicie. Témoin des orgies par lesquelles le préfet Maximin honorait les "dieux," le jeune Chrétien refusa d'y participer en déclarant : "Je suis Chrétien et c'est par des jeûnes que je fête le Christ!" Aussitôt arrêté et amené devant le gouverneur, celui-ci lui proposa sa fille en mariage s'il acceptait de sacrifier aux dieux de l'Empire. Calliope répondit : "Sache-le bien, je me suis entièrement donné au Christ-Dieu et je veux présenter à son tribunal ce corps vierge et sans souillure." Maxime, furieux, menaça de lui faire endurer de longs tourments puis de le livrer aux flammes. Le Saint Martyr répliqua : "Ces supplices longs et violents ne feront que rendre ma couronne plus riche et plus précieuse car il est écrit : Nul ne sera couronné s'il n'a généreusement combattu." Il fut frappé avec des lanières garnies de plomb puis avec des nerfs de boeuf et on l'étendit ensuite sur un chevalet au-dessus d'un feu ardent. Mais un Ange intervint pour éteindre le brasier et rendre inutiles les efforts des bourreaux. Le magistrat fit alors jeter le Valeureux Combattant du Christ dans le cachot le plus profond de sa prison. Apprenant tout ce qui venait d'arriver à son fils, la Pieuse Théoclie affranchit tous ses esclaves, distribua ses richesses aux pauvres et à l'Eglise puis elle se rendit dans la prison de Calliope. Chargé de fer et épuisé par la torture, celui-ci ne put se lever mais il la salua en disant : "Mère, sois la bienvenue. Tu va être témoin de la Passion du Christ en moi!" – "Je suis heureuse, répondit-elle car il me fut donné de te consacrer au Seigneur comme un trésor de grand prix." Et toute la nuit ils veillèrent ensemble, priant et glorifiant Dieu. De nouveau présenté le matin devant le tribunal, Calliope s'exclama : "J'ai hâte de mourir du supplice du Christ Mon Maître!" Le Grand Jeudi lorsque Théoclie apprit que son fils avait été condamné à la crucifixion, elle donna cinq pièces d'argent aux bourreaux pour qu'il fût attaché à la Croix la tête en bas comme le Saint Apôtre Pierre. Le lendemain, Grand Vendredi, à l'heure précise de la mort Vivifiante de Notre Sauveur, le Saint Martyr rendit son âme à Dieu. Quand on le décrocha de la Croix, sa mère se précipita pour étreindre le corps de son fils. Elle l'embrassa par trois fois en rendant Gloire à Dieu puis elle remit à son tour son âme à Dieu. Les Chrétiens du lieu ensevelirent ensemble les corps de la mère et de son fils, unis pour l'Eternité dans l'Amour du Christ, plus fort que les liens de la chair. SAINT HIÉROMARTYR RUFINUS, DIACRE, SAINTE MARTYRE ACELINA ET AVEC EUX 200 SOLDATS À SINOPE (+310) 21 The Holy Martyr Rufinus the Deacon, the Martyress Acelina and with them 200 Soldiers suffered in about the year 310 in the city of Sinope on the Black Sea during the reign of the emperor Maximian (305-311). When the holy deacon Rufinus was put into prison for confessing the Christian faith, the martyress Acelina showed concern. For this she was also placed under guard. In prison they converted to Christ by their Miracles 200 soldiers, and all of them together were beheaded by the sword. SAINT EVÊQUE SATURNIN A VÉRONE, CONFESSEUR (+6°.S.) On lit dans les anciens monuments de l'Église de Vérone que les fidèles de cette Église ont en grand honneur ce Saint Evêque qui rendit son âme au Seigneur un 7 avril et fut enseveli dans la basilique de Saint-Étienne. Malheureusement on ne possède aucun détail sur sa vie. SAINT APHRAATES LE PERSE, ERMITE D'ANTIOCHE (+370) 29 janvier (Orientaux) – 7 avril (Occidentaux) Confesseur et fils de persans convertis, il affermit beaucoup de Chrétiens dans la Foi et en la Divinité du Verbe. Il avait établi son ermitage d'abord près d'Edesse en Mésopotamie puis sur les bords de l'Oronte à Antioche. Son austérité et ses dons prophétiques imposèrent le respect aux représentants de l'empereur, ce pourquoi il ne fut jamais persécuté. ou Saint Aphraate était originaire d'une famille aristocratique et païenne de la lointaine Perse. Saisi par l'Amour du Christ, il décida d'abandonner ce pays aux moeurs païennes et se rendit à Edesse où après avoir été baptisé il s'enferma dans une étroite cellule légèrement en dehors de l'enceinte. Il partit ensuite pour Antioche alors violemment agitée par l'hérésie arienne et il s'installa à peu de distance de la cité, ne recevant jusqu'à sa vieillesse qu'un peu de pain pour toute nourriture. Bien qu'il ne sût que fort peu de grec et que sa langue fût à demi-barbare, inspiré par la Grâce du Saint Esprit, il confondait les raisonnements humains des ennemis de la Foi et attirait un grand nombre d'âmes sincères à la Connaissance du Christ. Voyant que les Evêques et les Pasteurs orthodoxes avaient été exilés sur ordre de l'empereur Valens (vers 372) et que le Troupeau du Christ restait sans protection, pris de compassion, il quitta sa solitude et entra en ville pour soutenir la Vraie Foi. Un jour, l'empereur le rencontra sur la place publique et lui demanda pourquoi lui l'Ascète renommé avait abandonné son Désert. Le Saint répondit : "Dis-moi, Majesté, si j'étais une Vierge retirée dans une chambre et que je visse quelqu'un mettre le feu à la maison de mon père, ne me conseillerais-tu pas d'aller au plus vite éteindre l'incendie? Voilà donc ce que je fais maintenant car l'Eglise, la Maison du Père Céleste, est en train de brûler par le feu que tu as allumé." En entendant ces paroles, un eunuque de la suite de Valens menaça le Saint de le tuer. Un peu plus tard, il fut frappé par la Justice Divine et mourut noyé dans un bain d'eau bouillante qu'il préparait pour l'empereur. Valens, pris de peur, renonça à poursuivre davantage le Saint Homme dont l'activité en faveur de la Foi au Concile de Nicée ne cessait de gagner les fidèles. Sa prédication était soutenue par de nombreux Miracles. Il ramena un mari infidèle à l'amour de son épouse grâce à un flacon d'huile qu'il avait bénie. Il éloigna les sauterelles d'un champ en l'aspergeant d'eau bénite et montra ainsi par toute sa vie la faveur que Dieu accorde à ceux qui professent la Vraie Foi. * D'après Théodoret de Cyr: Hist. des Moines de Syrie c. 8 (SC 234, 373). Il ne faut pas le confondre avec Aphraate le Sage, premier écrivain ecclésiastique de Perse (+ vers 350). ou 22 En l'an 370 de l'Incarnation, les Orthodoxes avaient été chassés par les ariens des deux églises qu'ils possédaient à Antioche. Alors ils s'assemblèrent au pied de la montagne dans des grottes où Saint Paul s'était caché autrefois. On leur disputa cet asile et ils se réunirent tantôt aux bords de l'Oronte, tantôt au champ de Mars, partout persécutés et traqués, partout inébranlables dans leur attachement à la Foi et à leurs pasteurs. L'empereur arien Valens se vengeait en Néron païen de ces nobles résistances; il faisait noyer dans l'Oronte ceux des Orthodoxes qui le gênaient. Au nombre des hommes généreux qui bravaient le courroux du tyran et enflammaient de leur propre courage l'Eglise opprimée d'Antioche était le Grand Anachorète Aphraates. Persan de naissance et d'une famille illustre, il avait embrassé le Christianisme. Pour le pratiquer dans sa perfection, il était venu s'établir près d'Edesse en Mésopotamie et dont l'Eglise comptait alors presque autant de Saints que d'enfants. Au premier bruit des troubles d'Antioche, il se rapprocha d'elle et se bâtit aux portes de la cité une pauvre demeure où tout le monde accourait pour le voir ou le consulter. Et c'est dans un grec barbare qu'il expliquait à ses nombreux auditeurs la Vérité de Dieu. La Sainteté de sa vie, l'ardeur de ses convictions comme l'étrangeté même de sa parole donnaient du succès à son enseignement et attiraient les foules. Un morceau de pain mangé le soir au coucher du soleil était sa nourriture unique. Un jour, un noble Chrétien de ses amis, le sénateur Anthémius qui fut depuis consul, revenant d'une légation de Perse, crut faire une chose agréable à l'Anachorète en lui apportant une tunique de son pays. Aphraates la déposa sur un siège de sa cellule mais bientôt comme si la présence de ce luxueux objet avait réveillé dans son âme un remords, il s'en ouvrit à Anthémius : "Je me trouve dans un grand embarras sur lequel il faut que je te consulte. Un Persan m'est venu voir et me presse de le prendre à mon service parce qu'il est de mon pays. Quoique je sois touché de cette raison, je suis néanmoins retenu par la reconnaissance que je dois aux services d'un ancien serviteur dont je suis très-satisfait." - "Tu as raison," lui dit Anthémius, "je crois même que tu dois préférer un ancien domestique dont tu es content, à un autre qui peut-être ne te satisferait pas." - "Eh bien! reprend cela," poursuivit le Vieillard, "j'ai une tunique qui me sert depuis seize ans, la tienne est plus belle, la mienne m'est plus chère, je ne puis l'avoir." L'Oronte baignait au Nord le palais de l'empereur. Du côté du midi, un grand portique à deux étages et flanqué de deux tours, touchait aux murailles de la ville. Entre le palais et le fleuve, une route menait aux jardins suburbains. Du haut du portique, Valens aperçut Aphraates, vêtu d'un pauvre manteau et se dirigeant à la hâte vers le champ de Mars : "Où vas-tu, lui cria le prince. - Je vais, répondit l'Anachorète, prier avec mes frères pour la prospérité de ton empire. - Mieux vaudrait garder ta cellule, répliqua le César.- C'est ce que j'ai fait jusqu'à ce jour, ô empereur! Tant que les Brebis du Christ étaient en sûreté mais à présent que des bêtes féroces se jettent sur elles, je dois tenter tous les moyens pour les sauver. Dis-moi, ô empereur! Si j'étais une fille, vivant dans le gynécée et gardant la maison de son père et que je la visse devenir tout à coup la proie des flammes, devrais-je rester renfermée et laisser l'incendie dévorer tout ou bien me précipiter au dehors pour crier au secours pour apporter l'eau et m'opposer au mal de mon mieux? Ta réponse, César, n'est pas douteuse. Eh bien! C'est toi qui as mis le feu à la maison de mon père et je cours l'éteindre." Valens regarda l'Anachorète d'un oeil menaçant et se tut mais un des eunuques de sa chambre dit des injures au Saint Vieillard du haut de la galerie et le menaça de mort. Quelque temps plus tard, cet eunuque étant allé voir si le bain de l'empereur était assez chaud, la tête lui tourna et il se jeta dans la chaudière d'eau bouillante. Comme il était seul, il y demeura et y 23 périt. L'empereur envoya un autre eunuque pour l'appeler mais il revint dire qu'il ne trouvait personne dans aucune des chambres. Plusieurs y accoururent et à force de chercher dans toutes les cuves, à la fin ils trouvèrent ce misérable étendu mort. Le bruit s'en répandit dans toute la ville et tous louaient le Dieu d'Aphraates. L'empereur, épouvanté, n'osa l'envoyer en exil comme il l'avait résolu mais il ne laissa pas de persécuter les autres Chrétiens. Tel était ce grand Aphraates qui vint alors au secours de la Foi et opéra ensuite plusieurs Miracles. Il fut enseveli dans l'église des Martyrs au faubourg d'Antioche. 7 janvier – 7 avril - 26 juin SAINT ABBE BRANNOCK (OU BARNOC, BRANNOC) DE BRAUNTON (+6°.S.) Saint Brannock aurait émigré du Sud du Pays de Galles vers le Devon et fondé le Monastère de Braunton près de Barnstaple en Devonshire où William Worcestre et Leland disent qu'il fut enseveli. Les traditions le concernant sont parfois peu fiables. Certains hagiographes l'identifient avec un Missionnaire gallois du sixième siècle, Saint Brynach (Bernach ou Bernacus). Du fait qu'il existe deux fêtes distinctes à Exeter en avril le 7 et le 7 janvier pour ces Saints respectifs, il est improbable qu'il s'agisse de la même personne. ou 24 Saint Brannock vécut au sixième siècle et enseigna les enfants du chef gallois Brychan. Il partit avec le Roi Brychan en pèlerinage pour vénérer la tombe des Saints Apôtres. Sur le chemin du retour, il s'arrêta en Bretagne et y demeura plusieurs années. Pour finir, le Saint rentra au Pays de Galles et s'installa à Braunton où il bâtit une église. On rapporte que ses Saintes Reliques reposeraient sous l'Autel de l'église de Braunton. ou Saint Brannock paraît avoir émigré du Sud du Pays de Galles vers le Devon. Certains disent qu'il aurait flotté venant d'Irlande sur un cercueil en pierre. Il fonda un monastère à Braunton, près de Barnstaple en Devonshire où William Worcestre et Leland disent qu'il fut enseveli. La tradition rapporte que Saint Brannoc construisit d'abord son église sur une colline surplombant Braunton mais elle s'écroula et dans un songe, il lui fut dit d'observer une truie et ses porcelets et là de bâtir son église. Trois églises ont été construites sur le site et l'actuelle église date du treizième siècle contenant des éléments de l'église de l'an 837. La localisation exacte de la tombe de Saint Brannock est inconnue mais certaines de ses Précieuses Reliques sont dans l'église et c'est un lieu de pèlerinage pour les Orthodoxes de Londres. Plus tard, l'église devint une abbatiale, donnant le nom Brannocminster à l'implantation saxonne qui s'éleva sur les deux rives de la Caen. Au moment de la Conquête, le village était un manoir royal d'importance, équivalent à Barnstaple. Tropaire de Saint Brannock de Braunton ton 1 Bon maître des enfants de Brychan, Grand Thaumaturge, Ô Sage Père Brannock,/ par tes incessantes entreprises, tu as gagné nombre d'âmes au Christ./ Dans l'Eglise de Braunton au coeur du Devon, se cachent tes Précieuses Reliques./ Prie afin qu'étant toujours conscients de notre héritage orthodoxe,/ nous ne dévions jamais de la Vraie Foi,/ et recevions dès lors la récompense des Bienheureux. SAINT MOINE SERAPION LE MONASTIQUE (+5°.S.) The Monk Serapion lived during the V Century in Egypt. He was called the Syndonite-wearer since he wore only a coarse linen garb, called a "syndon." From the time of his youth the monk lived, like the birds of the sky, not having a shelter, and for several days at a time he did not eat, not having the means to buy bread. He gave away his syndon-garb to a beggar, shivering from the cold, and he himself remained half-naked. A certain Greek philosopher, wanting to test the non-covetousness of the monk, one time gave the monk a gold coin and kept an eye on him. The Saint went to the bread market bought with it one loaf of bread, gave the merchant the gold coin and left, having no regard for the exchange value of the money. Saint Serapion by a special path led many on the way of salvation. One time he gave himself over into slavery to a Greek actor, whom he saw fit to convert to Christ. The actor, imitating the example of the holy life of the Saint, believed and was baptised together with all his family. He besought Saint Serapion to remain with him not as a servant, but as a guide and friend, but the monk withdrew, not taking any of the money offered him. Having set off to Rome, Saint Serapion got on a ship, but paid nothing to the ship-owners. At first they began to reproach him for this, but noticing that the elder had gone five days already without eating, they began to feed him for the sake of God and in this they fulfilled the command of the Lord. 25 At Rome the monk continued to wander about, going from house to house, having nothing, gathering together only but spiritual wealth for himself and for his neighbour. SAINT MOINE ET THAUMATURGE CLOTAIRE (OU CLOTHAIRE) DE SAINT-JACQUES À VITRY EN CHAMPAGNE, CONFESSEUR (+800) Les détails manquent sur la vie de ce Saint dont les Actes sont perdus. Il est honoré à Vitry en Champagne (Perthois) où son corps était gardé en l'Abbaye de Saint-Jacques. Il y avait affluence de fidèles le 7 avril, jour où l'on exposait ses Précieuses Reliques qui reposaient au Monastère Saint Jacques près de Vitry-le-François où se trouvait une chapelle dédiée à Saint Clotaire et à Saint Eloi.Le pèlerinage à Saint-Clotaire est fort ancien et la confiance qu'on a dans les suffrages de ce Serviteur de Dieu est encore fort étendue SAINT ABBÉ FINAN (OU FINNIAN) CAM DE KINNITTY (+6°.S.) Né dans le Munster au sixième siècle, Saint Finan était disciple de Saint Brendan, à la demande duquel il fonda et gouverna un monastère à Kinnity (Cean-e-thich) à Offaly et dont il est le Protecteur. SAINT GORAN (OU WORANUS) DE CORNOUAILLES (+6°.S.) Un certain nombre d'églises de Cornouailles sont dédiées à cet ami de Saint Patrick. SAINTS LLEWELLWYN (OU LLYWELYN) ET GWRNERTH (+6°.S.) Moines gallois de Welshpool et au-delà à Bardsey. SAINT CHRÉTIEN DE DOUAIS, CONFESSEUR. On ne sait rien de la naissance, de la famille et des premières années de ce Prêtre. Il fut attaché au service de l'église de Saint-Aubin à Douai et montra une charité inépuisable à l'égard des pauvres : une touchante tradition le représente comme multipliant par Miracle les provisions destinées aux indigents. Quelque temps après sa Naissance au Ciel, son corps fut renfermé dans une châsse de bois doré et son Chef dans une petite boîte d'airain. Ces deux Précieuses Reliques étaient portées avec toutes celles que possédait la ville de Douai à la procession annuelle qui se faisait chaque année autour des remparts le dimanche avant la Fête de Saint Jean le Baptiste. Chaque année aussi, on célébrait solennellement sa fête le Lundi de Pâque. Il y avait près de l'église de Saint-Aubin un jardin portant le nom de Saint Chrétien, église et jardin ont été détruits en 1793. ou Le nom du Bienheureux Chrétien si cher aux habitants de la ville de Douai, rappelle une vie précieuse devant Dieu mais presque entièrement inconnue aux hommes. Elle serait même aujourd'hui tout à fait oubliée si les Pieux Souvenirs d'un peuple reconnaissant ne l'avaient conservée. On ne connaît rien de sa naissance, de sa famille ni de ses premières années. Sa charité inépuisable envers les pauvres fut le caractère distinctif de sa vie et une touchante tradition rapporte que, plus d'une fois, Dieu daigna multiplier en sa faveur les provisions qu'il destinait aux indigents. Peut-être faut-il rattacher à cette tradition l'assertion de quelques anciens auteurs qui ont prétendu que les parents de Saint Chrétien étaient boulangers et que lui-même avait préparé quelquefois de ses propres mains les pains qu'il distribuait aux pauvres. Quoi 26 qu'il en soit de cette première partie de son existence, il est certain que le Bienheureux Chrétien, ayant été plus tard ordonné Prêtre, fut attaché à la paroisse de Saint-Albin et continua dans ce Saint état les oeuvres de Foi et de charité qu'il avait pratiquée jusqu'à ce jour. Quelque temps après sa Naissance au Ciel, son corps fut renfermé dans une châsse de bois doré et son Chef dans une petite boite en airain. On portait ces deux Précieuses Reliques avec toutes les autres que possédait la ville de Douai dans la procession annuelle que l'on faisait autour des remparts, le Dimanche avant la fête de Saint Jean le Précurseur et Baptiste. Il y avait à Douai une confrérie érigée sous la Protection et en l'honneur de Saint Chrétien. Chaque Lundi de Pâque, on célébrait sa fête dans l'église de Saint-Albin. Raissius rapporte que, de son temps, on voyait encore auprès de cette église un jardin qui portait le nom de Saint-Chrétien. Sous la nef principale dans un caveau pratiqué à dessin, on allait aussi visiter son tombeau. Cette église et tous ces monuments de la piété ont été détruits pendant la révolution de 1793. La maison qu'avait habitée Saint Chrétien ou plutôt celle qui avait été bâtie sur son emplacement, se montrait encore en l'année 1800. Elle était à l'angle de la rue des Poitiers et de celle de Saint-Benoît (aujourd'hui des Bénédictins anglais). Non loin de là, se trouve la fontaine de Saint-Chrétien. Les malades, bien souvent, y envoient laver leur linge en se recommandant à la protection de leur Saint et plus d'une fois ils ont ressenti les effets de son intercession auprès de Dieu. On l'invoque surtout pour la guérison des fièvres et la délivrance des femmes en couche. Cette dévotion des habitants de Douai envers le Bienheureux Chrétien s'est perpétuée jusqu'à ce jour et la confiance du bon peuple se manifeste surtout à l'époque de sa fête, le Lundi de la Pentecôte. Ce jour-là, beaucoup d'habitants se font un devoir d'aller recevoir les Evangiles dans l'église de Saint-Jacques où l'on possède encore quelques-unes de ses Précieuses Reliques. L'on fait aussi, le même jour dans les rues de l'ancienne paroisse de Saint-Albin, une procession à laquelle on porte avec respect et dévotion le buste de Saint Chrétien où sont renfermés ces Précieux Restes. SAINT DANIEL DE PEREYASLAVL (+1540) 30 décembre – 7 avril - 28 juillet Dans le monde Dimitri, Saint Daniel naquit aux alentours de 1460 dans la ville de Perezlav- Zalessk. Ses parents étaient les Pieux Constantin et Théodosia (dans la vie monastique Thekla). Daniel acquit l'amour de la Pieuse Vie et des bonnes oeuvres chrétiennes dès son plus jeune âge. Il devint Moine au Monastère de Saint Paphnuce à Borovsk. Il y grandit dans la Foi sous la guidance de Saint Leukios de Volokolamsk. Daniel prit comme forme assez unique d'Ascèse celle de transporter les défunts. Partout où il entendait que quelqu'un s'était endormi gelé ou d'une autre manière, Daniel se hâtait pour aller l'ensevelir décemment et offrir des prières pour lui à Dieu. Il s’endormit en paix dans le Seigneur le 7 avril 1540. Ses Précieuses Reliques sont incorrompues. St Martyr Calliope, issu d'une famille sénatoriale de Pergé en Pamphylie, crucifié sous Maximien (304). -St Georges l'Evêque de Mytilène confesseur des Stes Icônes sous Léon V l'Arménien (821). -Sts Rufin, Aquilina et 200 soldats à Sinope(vers 310). -St Sabas de Kalymnos natif de Thrace orientale, Moine au skite de Ste-Anne au Mont Athos, hiéromoine au monastère St-Georges de Choziba en Palestine, disciple de St Nectaire d'Egine dont il peignit la première Icône puis Ascète et confesseur au monastère de Tous-les-Saints dans l'île de Kalymnos (1948).-St Gérasime de Byzance hiéromoine, disciple de St Macaire Kalogéras, 27 auquel il succéda comme directeur d'école à Patmos (1739). -St Daniel de Pereyaslavl thaumaturge, fondateur du monastère de Tous-les-Sts spécialement créé pour accueillir dans la vie monastique des personnes âgées et souffrantes (Russie 1540). -St Hegesippe, Juif converti, premier historien de l'Eglise (180). -Sts Epiphane, Rufin, Donat et dix autres, Martyrs en Afrique. -St Saturnin l'Evêque de Vérone en Lombardie (IVème siècle). -St Brynach, fondateur d'église dans le pays de Galles (Vème siècle). -St Finan fondateur de monastère en Irlande (VIème siècle). -St Goran (Cornouailles VIème siècle). -St Gibert ou Gibard, higoumène de Luxeuil en Franche-Comté, Martyr à Martinvelle dans les Vosges par la main des Vikings païens (888).-St Tetelm et ses compagnons, Martyrs près de Luxeuil par la main des Vikings païens (888). -St Leucius l'Abbé de Volokolamsk (Russie 1492).-St Nil de la Sora (Russie 1508). (Mémoire principale le 7 mai.)-Invention des Reliques de St Sérapion l'Archevêque de Novgorod (1517). L'ICONE BYZANTINE DE LA MERE DE DIEU 7 avril – 1 mai The Byzantine Icon of the Mother of God appeared on 7 April 732. It was transferred to Russia from Rome. Lecture de l’Epître Pas de Lecture ce jour Lecture de l’Evangile Pas de Lecture ce jour REFLEXION - "Les Pères Spirituels devraient se distinguer de leurs subordonnés à la manière dont un berger se distingue de ses brebis." Ainsi parlait Saint Isidore de Péluse en interprétant la première Epître à Saint Timothée. La vie d'un Prêtre sert toujours d'exemple qu'il soit bon ou mauvais. Par une vie exemplaire, le Prêtre confirme l'Evangile et par une vie mauvaise, il dément l'Evangile. Il n'y a personne dans le monde qui se trouve en une pareille position pour confirmer ou démentir la Vérité de l'Evangile par sa vie comme l'est un Prêtre. Un bon Prêtre se distingue d'un mauvais prêtre par ses oeuvres, pas moins qu'un berger se distingue d'un loup. C'est pourquoi une bonne partie des bons Prêtres sera avec les Fils adoptifs de Dieu et une bonne partie des mauvais prêtres sera avec les bêtes sauvages des ténèbres. Les Bons Bergers de l'Eglise, même dans les derniers moments de leur vie, se soucient de leurs troupeaux qu'ils vont laisser derrière eux. Sur son lit de mort, Saint Joseph l'Hymnographe priait à Dieu : "Préserve Ton troupeau, Ô Fils de Dieu, créé par Ta Main droite et protège-les jusqu'à la fin des temps. Soit une assistance pour les bien-aimés fils de Ton Eglise. Accorde à Ton Epouse (la Sainte Eglise) la Paix Eternelle et un calme sans tempête." Saint Antipas, brûlant dans un taureau enflammé fait en cuivre, priait ainsi à Dieu : "Pas seulement moi mais aussi tous ceux qui viendront après moi, fais-leur bénéficier de Ta Miséricorde." HOMELIE - A propos de chercher le Vivant parmi les morts. "Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts?" (Saint Luc 24,5). L'Ange de Dieu demande aux femmes myrrhophores comme s'il en était surpris : "Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts?" Comme si celui qui contemple les Mystères de Dieu et la Puissance de Dieu voulait dire : "Comment avez-vous pu penser un seul instant qu'Il serait l'otage de la mort? Ne savez-vous pas qu'Il est l'Unique Source de Vie? Ne savezvous pas que toute vie n'est que par Lui et qu'il n'est rien de vivant qui puisse avoir ne fut-ce qu'un instant de vie de quelqu'autre source que ce soit? Ne vous a-t-Il pas pleinement révélé Son Autorité sur la vie et la mort en sur terre? Qui a donné la vie au défunt Lazare? Qui a 28 retiré la vie au figuier stérile?" Ô mes frères, nous aussi cessons de regarder après le Vivant parmi ce qui est mort. S'il y en a encore certains parmi nous occupés à chercher le Christ parmi les morts, soulageons-les de cet effort nuisible à l'âme. C'est le vain effort des Juifs, des païens et des non-Chrétiens. Nous savons que le Seigneur et Donateur de Vie n'est pas dans la tombe mais sur le Trône de Gloire dans les Cieux. L'esprit non-enténébré par le péché regarde vers les Cieux et ne voit pas la tombe et l'esprit enténébré par le péché, lui, regarde dans la tombe et ne voit pas les Cieux. Le péché et la vertu dirigent la vision spirituelle de l'homme et révèlent aussi à chaque homme son propre monde en contradiction entre eux. Le péché fait chuter la vision de l'esprit sur terre et lui révèle la corruption du monde. La vertu élève l'esprit aux Cieux et lui révèle le monde éternel et le Christ ressuscité comme Roi de ce monde-là. Ô mes frères, ne cherchons pas la Vie parmi la création mais auprès du Créateur. Ne commettons pas un plus grand péché encore, à savoir ne cherchons pas le Créateur dans la tombe de la création ni l'Illuminateur, l'Immortel dans les ténèbres de la mort. Ô Seigneur Jésus-Christ, Victorieux sur la mort, nous crions vers Toi : ressuscite-nous aussi à la Vie Eternelle, nous tirant de la corruption et des ténèbres de la mort. A Toi soient la Gloire et la reconnaissance, à jamais. Amin. Saint Nicolas Velimirovitch l'Evêque d'Ochrid, Serbie (+ 05 mars 1958), rescapé de Dachau puis des persécutions communistes, auteur du Synaxaire "Prologue d'Ochrid."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire